D

De L’Autre Côté du Mur, la voix du Christ libérateur

Dans son livre L’Autre Côté du Mur, Munther Isaac, pasteur luthérien de Bethléem, exprime la souffrance des chrétiens palestiniens, celle de se sentir incompris et abandonnés par les Églises du monde, de ne pas avoir le droit d’exister là même où est né et a enseigné le Christ.

Munther Isaac relaie le cri déchirant de l’Église palestinienne en faveur de la vérité et de la justice. Il prend la défense de ces chrétiens qui, malgré leur faible nombre, gardent une aura certaine sur « la Terre de celui qui est saint », où ils vivent en bons termes avec leurs concitoyens musulmans. Dans un langage accessible et théologiquement bien-fondé, son livre conteste l’interprétation abusive de la Bible par les sionistes extrémistes, juifs comme chrétiens, source d’exclusion, d’injustice, de haine et donc de guerre.

« Qui est mon prochain ? »

Plus spécialement inspiré par les Béatitudes, les paraboles de la Cananéenne et du Bon Samaritain et les passages d’espoir de l’Ancien Testament, Munther Isaac encourage les « artisans de paix » qui, après l’étape nécessaire de la lamentation, s’engagent résolument dans l’espérance, sûrs d’être accompagnés par le Christ. Et c’est avec amour, confiance mais aussi exigence qu’il dessine les conditions de relations apaisées et constructives entre tous les « prochains » de cette terre déchirée : chrétiens, musulmans et juifs, si chacun sait faire un pas vers l’autre.
Un parcours d’humanité aussi captivant qu’émouvant, que tout chrétien doit comprendre pour saisir ce conflit apparemment sans fin.

> Le bon de commande est ICI

Le livre de Munther Isaac s’accorde bien avec le Récit de la Pâque (Passover Haggadah) proposé par Aurora Levins Morales, poétesse et militante de l’association antisioniste JVP (Jewish Voice for Peace – Une voix juive pour la paix). La Pâque juive célèbre la fin de l’asservissement des Juifs en Égypte. Dans son évocation de la traversée de la mer Rouge, manifestation de la rédemption divine et l’un des fondements du judaïsme, Aurora Levins Morales appelle à réinventer le judaïsme sur la base de l’attention à l’autre, afin d’atteindre véritablement « le rivage de la libération ». Une reconnaissance élégante autant que courageuse de la communauté de destin des Israéliens et des Palestiniens.

Cette fois, nous ne pourrons pas traverser
si nous ne nous portons pas les uns les autres.
Nous tous réfugiés, nous tous prophètes.
Nous n’avons plus besoin de nous succéder sur la roue de l’histoire
pour tenter de recouvrer d’anciennes dettes que personne ne peut payer.
Ce n’est pas ainsi que la mer s’ouvrira.
Cette fois, ce pays est fait de nos promesses réciproques.
Nos rages sont collées l’une à l’autre jusqu’à ce que nos larmes les séparent.
Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’ennemis.
Car cette fois nous ne laisserons personne se noyer et nous serons tous élus.
Cette fois, c’est nous tous ou personne.

Aurora Levins Morales

Laurent Baudoin pour le groupe Gaza

CategoriesCulture

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.