D

Dimanche 22 mai. « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole »

Deux des textes de ce dimanche, mettent en lumière que, ce qui importe avant tout, c’est de garder la parole de Dieu transmise par Jésus, plutôt que de suivre à la lettre nombre d’observances pratiques de la Loi juive. Dans un Esprit nouveau, au cœur de cette Parole reçue, Jésus nous donne sa paix, mais pas à la manière du monde
Pour vous connecter à la célébration ce dimanche à 11 h, cliquez ici.

Entrée en prière

J.S. Bach: Violin Concerto No. 2 en mi majeur, BWV 1042 – I. Allegro.

Accueil

La communauté des disciples de Jésus est en situation nouvelle,  en croissance. Certains ne sont pas à l’aise avec les évolutions et veulent conserver leur identité en maintenant les impératifs de la loi.
Ceci interroge les responsables de Jérusalem. Après réflexion collective,  ils décident et proclament solennellement que, ce qui importe, c’est la fidélité à l’Esprit de Jésus et non l’application des règles auxquelles ils étaient habitués. C’est la première prise de distance avec la religion juive, avant de s’en émanciper progressivement.
Pas d’idolâtrie, nulle créature n’est Dieu, ce qui importe avant tout, c’est de garder sa parole.
Tel est le cœur du chemin proposé par Jésus : non des observances pratiques, mais un Esprit  nouveau.

Entrons ensemble, ce matin, dans cette démarche, au nom du Père, du Fils et de l’Esprit.

Marie-José D.

Torah – Lawrie Cate – Creative Commons 2.0

Lecture des Actes des Apôtres : 15, 1-2. 22-29

En ces jours-là, des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. » Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question. Les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas. Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut ! Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! »

Chant : La paix, donne-nous la paix

La paix, la paix, donne-nous Seigneur la paix,
Non pas celle qui vient du monde, mais la paix qui vient de Dieu.

Je vous laisse la paix
Je vous donne ma paix
Si vous ouvrez votre cœur
Alors la paix fleurira.

Je vous laisse la paix
Je vous donne ma paix
Si vous tendez votre main
Alors la paix fleurira.

Je vous laisse la paix
Je vous donne ma paix
Si vous offrez le pardon
Alors la paix fleurira.


Évangile de Jésus-Christ selon Jean : 14, 23-29.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez.»

.



Résonance : une paix donnée, mais non à la manière du monde

« Je vous laisse la paix, mais ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne ».

Lundi, lors de la préparation, nous nous sommes demandé : mais qu’est-ce donc que cette paix que Jésus nous propose sans réserve, mais pas à la manière du monde ?
A la manière du monde, ce serait quoi ?… tranché et définitif ? …en noir ou en blanc ? …en donnant-donnant ? Toujours en opposition, avec des bons et des méchants ? En tenant des comptes ? Je vous laisse poursuivre sur nos différentes façons de faire « nos » paix !
Quelle serait alors cette autre manière de faire du Père ? Dieu, lui, ne tient pas de comptes : si nous relisons le début de l’Évangile, nous comprenons qu’il aime inconditionnellement même si nous choisissons de ne pas l’aimer et de ne pas garder ses paroles. Jésus, lui, est en pleine intimité et communion avec le Père et c’est pour cela qu’Il est « chemin de vie » et « Parole du Père ». Il introduit ses disciples – et nous-mêmes – à cette écoute de la Parole et cette façon d’aimer du Père. J’y vois pour ma part :

  • une façon d’aimer qui laisse toujours une porte ouverte, pour celui ou celle qui a choisi autre chose,
  • une façon d’aimer qui garde une disponibilité du cœur pour une rencontre au plus profond pouvant apporter paix, harmonie, apaisement,
  • une façon d’aimer qui recherche en permanence le dialogue, la compréhension du point de vue de l’autre, le consensus aussi, mais pas un consensus « mou », quand on sait quitter nos peurs : peur de l’autre, peur de quitter nos certitudes ou d’abandonner nos conforts.

Et demain, c’est l’Esprit qui nous mettra sur le chemin de cette parole de vie qui est amour et service.

Nous avons fait le rapprochement avec le passage des Actes des Apôtres qui apparait comme un « cas pratique et très concret » de cette recherche de paix, ou plutôt d’apaisement à la manière du Christ au sein des premières communautés chrétiennes. L’assemblée, réunie à Jérusalem, doit décider si les païens devenus chrétiens sont tenus d’observer les règles de la Loi juive. Elle aboutit à un accord à l’unanimité. Les Apôtres et les Anciens, après avoir discuté avec toute l’Église et prié l’Esprit, décident d’envoyer des hommes qui ont autorité parmi leurs frères, avec Paul et Barnabé, auprès de ces communautés pour réaffirmer les seules obligations qui s’imposent sans en faire peser de nouvelles, relativisant ainsi les règles de vie juives
À l’issue d’un processus synodal exemplaire, cette décision unanime apaise le trouble et le désarroi au sein des communautés citées et nous interpelle aujourd’hui sur notre rapport à la règle, nos processus de décision dans nos diverses communautés (couple, famille, associations, Église) en marquant la prévalence de l’Esprit sur la lettre et l’importance du discernement quant à ce qui est essentiel dans nos vies.

Bernadette C.

Photo Aaron Burden sur Unsplash

Méditation musicale

Vangelis – Opéra sauvage

Résonance/Partage : Comment allons-nous garder la Parole cet été?

Jésus disait à ses disciples :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ».

Photo Rachel Strong sur Unsplash

Ce que Jean affirme ici est que l’écoute de la parole de Jésus est source de vie. Comme le disait l’un d’entre nous, aimer Jésus ce n’est pas d’abord un sentiment qui fait chaud, c’est fondamentalement un attachement à ce qu’il dit, pense et manifeste par toute sa vie.
Pour moi, cette parole de Jésus m’a fait prendre conscience de l’importance de l’esprit de tolérance, et d’être à l’écoute de ceux qui nous entourent. Loin d’être facile à mettre en pratique, mais essentiel aujourd’hui. Comme le disait Gérard Wybo « Il faut que la parole circule » et c’est bien grâce à vous tous, que nos partages hebdomadaires m’ont permis de la redécouvrir et de l’approfondir.
Notre partage de ce matin se déroulera en deux parties. Dans un premier temps, nous vous proposons de donner votre sentiment sur la phrase :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole »

Dans un deuxième temps, cette parole source de vie pour nous aujourd’hui,  et que nous aimons tant partager au cours de nos Zoom du dimanche, comment la faire vivre cet été, pour ces temps de vacances qui approchent. Comment faire battre ce cœur au sein de la communauté, tout au long de l’été ?
Comme vous le savez, ce partage nécessite une préparation que nous faisons, dans l’année, tous les lundis. Pendant les vacances, comment nous organiser, à nous tous, pour relever ce défi ?

Bernard & Danièle R.

Comment allons-nous garder la parole cet été ?

Photo Aaron Burden sur Unsplash

Méditation musicale

Vivaldi-The Summer, Op. 8 No. 2 RV 315, Mov 3, Allegro.

Chant : Emmène-nous au cœur de ta parole

Paroles : A. Cabantous – Musique : L. Boldrini
Emmène-nous au cœur de ta Parole
Emmène-nous au cœur des temps nouveaux
Nous renaîtrons si nous savons te suivre
Nous renaîtrons de l’Esprit et de l’eau.


Ta voie nous conduit vers tout autre,
Par de longs chemins ébauchés,
Depuis que ton pas et les nôtres
Se confondent en humanité.

Tout au long de la longue marche
Semée d’embûches et d’abandon,
Tu révèles à l’homme qui passe
Le sentier qui mène au pardon.

Intentions de prières à confier à la communauté

Voix de l’Esprit, transforme nos cœurs. (bis)

ou
Vent de l’Esprit, anime nos cœurs. (bis)

extrait de : Dans la chaleur de Pentecôte. Texte M. Ginot – Musique JM Duménil.

Photo Sunguk Kim sur Unsplash

Notre Père

 Notre Père qui es aux cieux
Que ton Nom soit sanctifié
Que ton Règne vienne
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
Pardonne-nous nos offenses
Comme nous pardonnons aussi
A ceux qui nous ont offensés
Ne nous laisse pas entrer en tentation
Mais délivre-nous du mal
.
Amen.

Psaume de bénédiction

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

(extrait du Psaume 66 de ce dimanche)

 Photo Disha Sheta sur Pexels
CategoriesCélébration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.