D

Dimanche 27 juin 2021. « Naître à nouveau »

Baptêmes d’Arthur, Augustin, Clara, Joseph, Maxime et Valentin

En raison des baptêmes, les lectures ont été modifiées pour la célébration de 10 h à Saint-Merry.
Pour lire les textes officiels du jour : AELF : lectures du dimanche 27 juin

Temps de l’accueil

Bienvenue à toutes et à tous. Nous sommes heureux de vous accueillir ici avec l’Église que nous formons aujourd’hui à Saint-Merry pour le baptême d’Arthur, d’Augustin, de Clara, de Valentin, de Joseph et de Maxime. Vous qui avez vos habitudes dans cette église, vous qui êtes de passage, vous qui venez célébrer le baptême d’un enfant de la famille ou d’un enfant d’ami, vous prêtres qui présidez cette célébration, bienvenue à chacun, à Saint-Merry et dans l’immense communauté des frères et sœurs de Jésus.
Le cheminement vers cette célébration me semble rétrospectivement un exploit. Animés par ce désir de baptiser vos enfants vous avez surmonté la rencontre réduite à Zoom, le report successif des célébrations à cause des confinements, la fin du Centre Pastoral auquel vous vous étiez adressés, et vous avez choisi de continuer ensemble pour arriver à ce moment de bonheur où vous sautez le pas pour suivre le Christ et proposer à vos enfants d’être reconnus, eux aussi, comme frères et sœurs, disciples de Jésus. 
La communauté nous a soutenu, entre autres par des messages à adresser au groupe sur le thème de la réunion. Même si nous ne comprenons pas tout ce à quoi Dieu nous invite, un jour ou l’autre, aujourd’hui peut-être, avec l’eau versée et l’huile posée sur le front, tout sera, tout est grâce.
Nous vous remercions pour la joie et le symbole de vie que vous incarnez aujourd’hui. Nés dans nos familles, nés comme chrétiens dans nos communautés respectives, aujourd’hui nous pouvons ensemble, naître à nouveau avec vous.

Lucie B.

Aujourd’hui pour nous tous, c’est un jour de joie et de partage. C’est d’abord un jour de joie car nous nous retrouvons tous ensemble, pour de vrai, en présence et on sait en ces temps combien cela est rare et précieux. Merci d’être venus de loin parfois, merci d’être présents, merci à vous tous de nous accompagner aujourd’hui pour le baptême de nos enfants. 
C’est aussi un jour de joie, car baptiser nos enfants, c’est plonger avec eux dans le mystère de l’Amour infini et dans la communauté du Christ.
Avec la communauté de Saint-Merry et les parents du groupe de préparation, nous avons beaucoup partagé pour préparer ces baptêmes. Par le choix des textes, des chants, par nos prières, nous souhaitons que cette célébration puisse dire ce qui est essentiel dans notre foi, et qu’elle puisse vous faire vibrer à cet essentiel qui est la présence de Dieu en nos vies et en celles de nos enfants.

Gaëlle et José

Que mon cœur ne se taise pas, qu’il soit en fête pour Toi
Et que sans fin je te rende grâce, Seigneur mon Dieu, je te rende grâce (bis)

Temps de la Parole

Deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (8, 7,9,13-15)

Frères, puisque vous avez tout en abondance, la foi, la Parole, la connaissance de Dieu,
toute sorte d’empressement et l’amour qui vous vient de nous,
qu’il y ait aussi abondance dans votre don généreux !
Vous connaissez en effet le don généreux de notre Seigneur Jésus Christ : lui qui est riche,
il s’est fait pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté.
Il ne s’agit pas de vous mettre dans la gêne en soulageant les autres, il s’agit d’égalité.
Dans la circonstance présente, ce que vous avez en abondance comblera leurs besoins,
afin que, réciproquement, ce qu’ils ont en abondance puisse combler vos besoins,
et cela fera l’égalité, comme dit l’Écriture à propos de la manne.
Celui qui en avait ramassé beaucoup n’eut rien de trop,
celui qui en avait ramassé peu ne manqua de rien.

Noces de Cana, ou l’abondance en Christ

L’abondance reçue et partagée

L’abondance est le mot qui m’a touchée lors de la préparation. Parler d’abondance un jour de baptêmes, n’est-ce pas être au plus proche de la réalité de ce sacrement ?
Ce qui est premier, c’est l’abondance des dons de Dieu pour nous tous : la foi, la Parole, la connaissance de Dieu, les élans généreux et l’amour. Oui, cette puissance de vie nous est donnée et « à profusion » venant de Dieu. Quelle bonne nouvelle pour ces enfants qui sont baptisés aujourd’hui et pour nous qui les précédons et cheminons ensemble !
Cependant, l’abondance – et la joie qui en résulte – ne s’incarne que si elle est partagée et vécue dans la fraternité. Donner, oui, mais apprendre à recevoir cette abondance à travers les talents et l’amour de nos frères. Paul souligne que la diversité est fondamentale dans cette abondance qui nous comble déjà.
Apprendre que nous ne nous suffisons pas à nous-mêmes, mais qu’une partie de nos besoins est comblée par ce que les autres ont en abondance, me semble fondamental. Ainsi, notre unité en Christ n’est réelle que si elle est vécue dans l’interdépendance et nous pourrons vivre la communion entre tous.
Alors, bonne route à vous les enfants et à nous tous qui les entourons, que nos vies soient signe de cette abondance qui nous vient de Dieu et qui se vit dans le partage avec ceux que nous croiserons, malgré les obstacles du chemin qui, parfois, nous masquent la puissance de vie donnée.

Bernadette C.
Alléluia de Schütz

Évangile selon saint Jean (Jn, 3, 1-8)

Jordaens, Jésus instruisant Nicodème, XVIIe s.,
Musées royaux des Beaux-Arts, Bruxelles

Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ;
c’était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut,
on ne peut voir le royaume de Dieu. »

Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit.
Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »

Chant : R50 (paroles : M. Scouarnec – musique : J. Akepsimas)

Le vent souffle où il veut, et toi tu entends sa voix
Mais tu ne sais pas d’où il vient, et tu ne sais pas où il va, le vent


As-tu compté les grains de sable, sur les bords de la mer ?
As-tu compris le chant des vagues, au pays des matins clairs ?

Comme l’oiseau, loin de la terre tu voudrais t’envoler
Vers le soleil, vers la lumière, dans un ciel de liberté

As-tu sondé le cœur de l’homme, au secret de sa soif ?
As-tu creusé jusqu’aux racines, jusqu’aux sources de la vie ?

L’assemblée est invitée à écrire une phrase d’espérance ou de foi à offrir aux familles à la fin de la célébration.

Baptêmes

Chant (paroles et musique : J-M. Duménil)

Plonge-moi, mon Dieu, dans les flots de ton mystère, dans le courant qui emporte vers la vie
Plonge-moi, mon Dieu, dans le fleuve qui libère, dans le torrent d’eau vive de l’Esprit

Comment trouverais-je ma place au sein de ton immensité
Si je ne passe par ton Fils, chemin de vie et vérité ?
Comment pourrais-je te connaître, percer le secret de tes mots
Si tu ne fais naître en mon être un cœur et un esprit nouveau ? Alors, je t’en prie.

Comment pourrais-je témoigner, offrir un visage de joie
Si ta parole ne nourrit, mon cœur, mes geste et ma voix ?
Comment irais-je propager le feu nouveau dont tu m’embrases
Si tu ne m’aides à affronter un monde que le doute écrase ? Alors, je t’en prie.

Chant : Bienheureux êtes-vous !

Tressaillez de joie, tressaillez de joie, car vos noms sont inscrits pour toujours dans les cieux
Tressaillez de joie, tressaillez de joie car vos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu

baptemes2021_table

Prière universelle

  • Nicodème se posait des questions et cherchait, auprès de Jésus, des réponses. À l’image de Nicodème, prions pour ceux qui cherchent car ils trouveront réponses et sérénité. Seigneur nous te prions.
  • Pour les familles, parents, enfants et tous ceux qui les accompagnent, qu’ils trouvent en Toi la force et la volonté de contribuer à l’équilibre familial, Seigneur nous te prions.
  • Dans ces temps troublés où les tensions et les incertitudes sont nombreuses, prions pour tous ceux qui sont touchés par la maladie, les deuils, la violence, le désespoir. Seigneur nous te prions.
  • Que nous puissions trouver l’Amour en nous pour construire un monde plus respectueux du vivant, et transmettre à chacun les germes d’avenir. Seigneur nous te prions.
  • Dieu, au milieu des joies intenses liées à la venue au monde de ces enfants, nous avons une pensée particulière pour la maman de Michel, et pour la grand-mère de Valentin qui t’a rejoint récemment, ainsi que pour Jacky, Jean et Laure. Accueille-les tous, Dieu, dans ta tendresse inimaginable. Nous avons une pensée également, Dieu, pour notre communauté CPHB atteinte par un exil imposé. Accompagne-nous dans ces épreuves de perte de compagnonnage en allant vers plus de vie.

Chant : gospel

As I went down in the river to pray
Studying about that good old way
And who shall wear the starry crown
Good Lord, show me the way
O sisters, let’s go down
Let’s go down, come on down
O sisters, let’s go down
Down in the river to pray

As I went down in the river to pray
Studying about that good old way
And who shall wear the robe and crown
Good Lord, show me the way
O brothers, let’s go down
Let’s go down, come on down
Come on, brothers, let’s go down
Down in the river to pray

Temps de l’Eucharistie

Chant : La vie en abondance (texte : M. Ginot – musique : J-M. Duménil)

Venez, Dieu nous appelle aux noces de son Fils
Venez dans l’allégresse, goûter le pain de vie

Quelle voix au loin nous parle ? Nous sommes invités !
Qui murmure ce message : c’est l’heure du banquet ! 

Levons-nous, prêtons l’oreille. Nous sommes invités !
Dieu lui-même nous réveille. C’est l’heure du banquet !

Plus de peur ni de tristesse. Nous sommes invités !
Revêtons l’habit de fête. C’est l’heure du banquet !

De tout lieu, de toutes races. Nous sommes invités !
Tous auront leur place à table. C’est l’heure du banquet !

Envoi : chrétiens en liberté

Alors que le monde semble secoué à tout point de vue, alors que les incertitudes, les inquiétudes réduisent nos horizons, le baptême de nos enfants est pour nous un acte de foi et d’espérance. Que cet acte ne se transforme pas en une parenthèse heureuse ou une jolie photo de famille, mais qu’il nous porte tous vers une nouvelle naissance, et que la joie se renouvelle.

Gaëlle et José

Alléluia ! Quelle joie ! Merci ! Tournons-nous vers Jésus qui a choisi de donner la priorité à l’amour, à la présence à l’autre. Il nous appelle à la liberté qui se conjugue avec l’intelligence à l’œuvre. Il nous propose de renaître dans une réalité précise, d’amour et de lien : Aimons-nous les uns les autres, amen, c’est aussi simple que ça !
Comme envoi, je voudrais partager avec vous quelques phrases de Béatrice Cléro-Mazire, pasteure à l’Oratoire à Paris pour la Pentecôte : 

« Nous sommes tous pétris des circonstances qui font que nous recevons la présence de Dieu dans nos vies […]. Et le rôle de l’Église c’est d’offrir à chacun cet espace où Dieu peut le rencontrer, en toute liberté […] sans laisser aucun de ses membres faire de sa rencontre personnelle la norme de toutes les autres. Chacun crée son espace avec l’autre, son espace de foi. Quel sens a un baptême dans une communauté donnée si on est dans ce changement constant ? Ne faudrait-il pas abandonner tout rite puisque chacun est différent dans ses relations à Dieu et aux hommes ? C’est précisément dans cette différence que se trouve la vérité de notre rapport à Dieu. Le baptême est une manifestation particulière de la relation qu’entretient un homme, une femme, une famille à Dieu et à un moment particulier de leur vie. C’est un geste inaugural autant qu’un marqueur d’une dynamique de la foi. Cet évènement ne sclérose pas l’avenir. Il y aura encore d’autres évènements. D’autres rencontres avec Dieu dans votre vie. » 

Alors, allons ! Libérés par le Christ, renaissons en chrétiens à la liberté qu’ouvre le baptême de vos enfants et l’envoi hors ces murs auquel nous sommes appelés.

Jean-Baptiste M.
CategoriesCélébration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.