L

Le cri…

« L’été de toutes les calamités ». C’est le titre d’un article de la revue Reporterre et j’ai tout de suite souscrit ! L’article parle des calamités climatiques si criantes à travers le monde tout au long de cet été. Mais la résonance en moi de ce titre rejoint aussi Gaza, l’Afghanistan, et tous ces conflits et guerres sans fin. Je suis habitée aussi de plusieurs deuils, et d’amis qui vivent des passages difficiles. Mon été a pourtant été heureux de randonnées belles et de retrouvailles joyeuses. Mais les « calamités » pour moi aujourd’hui sont plus fortes que le beau et j’ai plus envie de crier que de louer. Dieu accueille le cri. Il a dit aux amis de Job : « (…) vous n’avez pas parlé de moi avec droiture comme l’a fait mon serviteur Job ». Et pourtant Job, quel cri ! Y compris contre Dieu !
Je crois en la vérité et la force du cri. Je crois en ce Dieu qui l’accueille. Je crois en la force des « pourquoi ? » et des récriminations. Les psaumes en sont pleins. Je crois contre toute espérance. Je crois en la force du doute, en la force de la question. Je crois en ce Dieu que je n’entends pas. Je crois en et par ces hommes et ces femmes debout au cœur des calamités, je ne sais par quelle force. Je prie avec les questions de notre ami Ziad Medoukh, de Gaza, dans son dernier livre Chroniques sous les bombes à Gaza : « D’où vient ton courage, Gaza ? D’où vient ton amertume, Gaza ? D’où vient ta force, Gaza ? Dis-moi. Explique-moi », et avec deux des hypothèses qu’il suggère :
« Est-ce l’amour de la terre et de la vie ? Est-ce les éclats de rire, joyeux et sonores de tes enfants ? »
Je crois !

Myriam G.

Billet du dimanche 19 septembre 2021

CategoriesNon classé
  1. Michel Metzger says:

    Merci pour cette mise en avant de la force de vie que permet le doute quand il est accepté.
    Je trouve qu’il permet d’être capable d’avancer dans la vie même quand on est dans une impasse dans notre fonctionnement. Le doute me permet, je crois, d’être dans la réalité que je ne suis pas ma propre source et d’être plus disponible à la VIE.

  2. Geneviève P M says:

    Merci beaucoup Myriam pour tes mots qui résonnent complètement en moi.
    Je crois, je veux croire, en la force du cri, en la force du doute, en la force de la question.
    Merci de me redonner confiance. Merci de citer Ziad et Gaza.

Répondre à Geneviève P M Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.