U

Un peu d’eau fraîche, s’il-vous-plaît !

Pour se projeter dans l’avenir, rien de tel qu’un bon verre d’eau, offert avec bonté, au bon moment. Marcher une matinée, sous le soleil, en pays étranger, n’est pas une sinécure.
Cette expérience, Jésus la fit avec la Samaritaine. Notre communauté la vit aussi, maintenant qu’elle est hors-les-murs, en recevant le soutien de 12.000 personnes, et plus de 400 témoignages de ce qui s’est vécu depuis 40 ans dans l’église Saint-Merry. Guy Aurenche analyse ces témoignages.

Pour se projeter dans l’avenir, rien de tel qu’un bon verre d’eau, offert avec bonté, au bon moment. Marcher une matinée, sous le soleil, en pays étranger, n’est pas une sinécure.
Jésus en fit l’expérience : épuisé, il s’est assis au bord du puits, n’ayant plus la force d’accompagner le petit groupe parti acheter de quoi manger.

Angelika Kauffmann, Le Christ et la Samaritaine au puits, 1796, Pinacothèque, Munich
Angelika Kauffmann, Le Christ et la Samaritaine au puits,
1796, Pinacothèque, Munich

C’est une femme, étrangère, adultère, païenne,
qui s’approche. « Donne-moi à boire » ose-t-il.
Un dialogue en vérité peut naître entre eux, abordant de nombreuses questions fondamentales  sur le passé et l’avenir. Jésus apprend à écouter cette femme qui lui révèle sa mission. La samaritaine se met en route. Cette conversation aboutit à la naissance d’un nouveau groupe de fidèles.
« Dans cette ville beaucoup de samaritains crurent, grâce à la femme » (Jean 4).

Plus de 400 témoignages reçus

Après quarante-cinq ans de vie inventive, le Centre Pastoral Saint-Merry, dont la mission est arrêtée brutalement en mars 2021, ose demander un peu de cette eau qui fait vivre.
En moins de dix jours, il reçoit 12.000 signatures de soutien, et plus de 400 témoignages.
Des verres d’eau, bien amicaux, pétillants de souvenirs, de souffrances, de joies et d’attentes
à l’égard de la communauté chrétienne !
Quelques-uns de ces témoignages nous sont partagés dans ce livre [1]Et vous m’avez accueilli. Contributions pour une Église vivante. Ed. Salvator.. Ils sont la sève, la colonne vertébrale, le souffle de cet ouvrage ; le ressort  qui permet à Saint-Merry Hors-les-Murs d’oser la renaissance. En brisant la solitude d’une communauté déracinée, bien davantage, en partageant des convictions profondes et des récits de relèvement, ces messages dessinent une invitation pour nous et pour l’Église de Paris. Oui, oser demander, se mettre à l’écoute, vivre de l’esprit de l’Évangile et prendre le risque de renaître !

“Va, quitte ton pays, ta parenté et ta maison” (Gen 12)

La saga d'Abraham

Ces messages soulignent huit questions à approfondir (cf présentation du livre). Ils sont autant de « paroles » proposées à l’Église pour l’inviter à l’invention permanente, dans la fidélité à la Bonne nouvelle d’un amour tant désiré, si souvent rejeté, mais toujours offert. C’est en sortant de nous-même, en acceptant de perdre un peu de sécurité et d’enracinement, que la marche et le goût de la vie cheminée ensemble se transforment en propositions fécondes. Notre ancêtre Abraham en sait quelque chose [2]La saga d’Abraham. Bruno Régent. Ed. Fidélité. Il ne suffit pas d’écouter, de réfléchir, de se poser des questions. Il faut bousculer certaines de nos pratiques anciennes qui aboutissent à des résultats mortifères (Rapport de la CIASE – des chrétiens s’expriment).
Ce livre peut apporter sa petite pierre à la réformation profonde dont l’Église a tant besoin.un-bouquet-de-contributions-engagees-pour-faire-eglise-autrementun-bouquet-de-contributions-engagees-pour-faire-eglise-autreme

Pour inventer, ensemble

Selon quelles modalités bien concrètes, la communauté chrétienne va-t-elle apprendre à écouter la société humaine, plutôt qu’à la juger ?
Comment va-t-elle adapter son message et son vocabulaire pour qu’ils soient compris de tous ?
Comment l’Église de Paris prend-t-elle les moyens d’écouter tous les fidèles, les sans-grade, les non-encartés, les déviants parfois ?
Seule une écoute vraie peut conduire au partage du pouvoir décisionnel. Ce qui suppose l’organisation de la participation de tous et de toutes à la consultation, la réflexion, la prise de décision.
Les prêtres, ou les laïcs qui se prennent pour des prêtres, ne sont pas Dieu sur terre ! L’Évangile nous dit bien qu’il n’y a qu’un seul Dieu. Certes les responsabilités sont diverses et les charismes poussent à confier à certaines et certains des missions particulières au service d’un témoignage, d’une communion, d’un appel à la confiance.
La « formation » dans les séminaires comme celle des animateurs-animatrices de la communauté ne peut plus consister à fabriquer des « petits chefs perdus » devant la diversité du Peuple de Dieu, ni se faire en circuit fermé, répéter une doctrine rassurante ou imposer un système de morale figée. Il convient par exemple de mettre en cause les discours officiels de l’Église sur la sexualité, le péché originel, la sacralisation de certains membres, le jugement dernier…

couv livre

À la hauteur de la mission reçue !

Dans le contexte actuel, la démarche synodale proposée (cf. article de Jacques Debouverie) ne relève pas du désir de « réparer » l’Église pour la rendre plus présentable ni pour se faire pardonner ses silences qui ont brisé tant de vies. L’introduction au questionnaire préparatoire au synode sur la synodalité précise : « Imaginer un futur différent pour l’Église et les institutions, à la hauteur de la mission reçue ». Mais une telle incantation ne suffit pas !
Il convient de se donner les moyens de cette capacité inventive. « Il est clair que la synodalité doit nous faire sortir de la culture cléricale qui a pu permettre les abus. Aux crimes subis par les victimes s’est ajouté le fait de ne pas être écouté. C’est aussi pour cela que l’un des nouveaux enjeux est d’écouter tout le monde et d’écouter l’Esprit Saint. Il faut que tout le monde se sente acteur » [3]Nathalie Becquart, sous-secrétaire du synode des évêques.
Et encore bien davantage : soit actrice-acteur !
Les témoignages et les réflexions proposées par ce livre peuvent y aider.

Guy Aurenche

CategoriesÉdito

Notes

Notes
1 Et vous m’avez accueilli. Contributions pour une Église vivante. Ed. Salvator.
2 La saga d’Abraham. Bruno Régent. Ed. Fidélité
3 Nathalie Becquart, sous-secrétaire du synode des évêques
Guy Aurenche

Avocat honoraire, membre de la Commission Droits de l’homme de Pax Christi, ancien président de l’ACAT et du CCFD-Terre solidaire. À lire de Guy Aurenche : « Droits humains, n’oublions pas notre idéal commun ! », éd. Temps présent, 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.