Les Cercles de silence sont une initiative qui permet de s’exprimer pacifiquement par la non-violence active pour une paix juste, pour une vie digne et fraternelle et pour que le droit humanitaire soit appliqué immédiatement en Israël-Palestine.
Gretchen, Jean-Marc et Zoé nous décrivent leur expérience.

Dès la mi-novembre, des Cercles de silence ont fleuri sur les coups de midi Place Saint-Michel, devant Notre-Dame, devant Beaubourg à Paris. Ils exigeaient et exigent toujours un cessez-le feu immédiat et définitif en Israël-Palestine, un arrêt devant le massacre d’innocents et une intervention de l’ONU. Cette initiative est partie de quelques saint-merriens hors-les-murs rejoints rapidement par des personnes de Notre-Dame des Anges, de la communauté des Quakers de Paris ainsi que d’autres informés par flyers ou mails.

Le temps a souvent été peu clément pour les troupes méritantes, pacifiques et silencieuses. Les réactions d’un public très varié – gens du quartier, chalands, touristes d’horizon divers – sont kaléidoscopiques. En ces temps d’achats de Noël, on est plutôt pressé. Devant notre Cercle nécessitant détour, les sourcils sont d’abord interrogatifs. Le pas se ralentit. On essaie de décrypter les panneaux. Des visages s’éclairent manifestant intérêt jusqu’à une franche sympathie envers notre engagement humanitaire et non partisan. Quelques-uns prennent volontiers nos flyers, voire viennent les demander pour en prendre plusieurs. D’autres prennent des photos… « pour les réseaux sociaux » : ajoute l’un d’eux. Certains vont jusqu’à se joindre à notre cercle pour quelques minutes et même se proposer de tenir une pancarte. Une personne reviendra au cercle suivant. Pas de réaction hostile explicite.

Des conversations discrètes se font avec ceux d’entre nous en charge de la communication. Gravité, désolation, sidération, impuissance s’expriment ainsi que de chaleureux encouragements. Lors d’un cercle, l’un d’entre nous s’approche d’un petit groupe apparemment acquis “à la cause” et après un temps “d’apprivoisement” dit : « Nous, les chrétiens avons à demander pardon aux juifs pour la Shoah, et pardon aux musulmans pour la colonisation ». L’un d’entre répond spontanément : « Nous, les Arabes, devons demander pardon à nos frères palestiniens… ».

À l’adresse-mail cerclesdesilence2023@gmail.com de nombreux courriers dont certains demandent s’ils existent des Cercles de silence en Côte d’Armor, à Annecy… Une association allemande de Francfort, Pax & People, investie dans les rencontres interculturelles et interreligieuses, salue notre initiative et nous parle de ses engagements.

Place du Châtelet, vers 13 h, le matériel – version française, version anglaise – est ramassé en prévision d’un prochain cercle. Il est temps pour certains de rejoindre la « cantine » de la rue Quincampoix.

Si nous nous taisons, les pierres crieront.

Luc 19, 40

Gretchen, Jean-Marc et Zoé

CategoriesPalestine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.