D

Dimanche 14 mars 2021 : « Alors, la grâce ? »

C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi.
Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. (Ep 2)

Accueil : réjouissons-nous !

Ce dimanche dit de “laetare” – réjouis-toi – résonne particulièrement en nous, malgré les nuages orageux qui assombrissent notre ciel. Oui, réjouissons-nous d’avoir la possibilité de nous retrouver ici aujourd’hui, en chair et en os, pour une rencontre autour de la Parole. J’insiste, ce n’est pas un ersatz de messe, nous sommes seulement réunis pour partager la Parole proposée dans la liturgie. Nous avons retenu deux textes, la lettre de Paul aux Ephésiens et l’évangile. Nous croyons que lorsque deux ou trois sont réunis au nom de Jésus, son Esprit est là au milieu de nous, nous y croyons. Pour le signifier, faisons le signe de croix : Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Marie-José L-D

Pour inventer d’autres espaces H123-1 (D. Rimaud – J. Akepsimas)

1/ Pour inventer d’autres espaces où se relèveront les corps, Il étendit les bras :
Tout homme est libéré, le mur s’est écroulé où l’on avait gravé que Dieu est mort !
Pourquoi vous désoler encor ?
Depuis le jour du sang versé vous savez bien que tout est grâce.

2/ Pour vous tenir hors des impasses et vous guider aux lieux déserts, Il étendit les bras :
Les flots se sont dressés, son peuple a traversé au merveilleux sentier qu’Il a rouvert.
Pourquoi ne pas franchir la mer ?
Depuis le jour du sang versé, vous savez bien que tout est grâce.

📖 Lettre de saint Paul aux Éphésiens (Ep 2, 4-10)

Frères, Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ : c’est bien par grâce que vous êtes sauvés. Avec lui, il nous a ressuscités et il nous a fait siéger aux cieux, dans le Christ Jésus. Il a voulu ainsi montrer, au long des âges futurs, la richesse surabondante de sa grâce, par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus. C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Cela ne vient pas des actes : personne ne peut en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés dans le Christ Jésus, en vue de la réalisation d’œuvres bonnes qu’il a préparées d’avance pour que nous les pratiquions.


3/ Pour embrasser toutes les races dans sa bénédiction de feu, Il étendit les bras :
Le monde est attiré au centre du foyer où l’on peut voir brûler le cœur de Dieu.
Pourquoi ne pas lever les yeux ?
Depuis le jour du sang versé, vous savez bien que tout est grâce.

4/ Pour vous garder près de sa face et vous transfigurer d’Esprit, Il étendit les bras :
Le voile est déchiré, le livre, descellé, qui retenaient caché le Dieu de vie.
Pourquoi ne pas courir à lui ?
Depuis le jour du sang versé, vous savez bien que tout est grâce.

Introduction à l’évangile : une éducation à la liberté

Nous sommes rassemblés ce matin non plus pour une célébration mais pour une rencontre autour de la Parole. Avec l’évangile de ce dimanche, ce terme plus modeste prend néanmoins tout son sens car il s’agit d’un temps fort du témoignage évangélique : démarche audacieuse de Nicodème, notable juif membre du sanhédrin, de venir – à titre personnel semble-il et en toute discrétion – rencontrer Jésus pour avoir le cœur net à son sujet. Comme ce Nicodème en quête de vérité et de clarté, laissons-nous instruire, que dis-je émerveiller par ces confidences qui sont une éducation à la liberté dans l’esprit et au non jugement. Écoutons-les.

Alain Clément

📖 Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 3, 14-21)

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

Rencontre de Jésus avec Nicodème, Bibliothèque de Fels, Institut Catholique de Paris

Résonance : la grâce, comme un don offert à tous

« À la grâce de Dieu » – Attention danger ! ai-je envie de crier.
Il a été et il est encore si facile d’en faire un prétexte pour laisser dormir nos consciences. Et pour accepter que, les autres surtout, supportent l’intolérable. L’actualité nous le rappelle trop souvent. C’est ainsi, me semble-t-il que la grâce, dévoyée dans l’histoire du christianisme, a fait l’objet de bien des contresens. Le risque consiste alors à croire que nous n’avons plus aucune responsabilité dans ce qui nous arrive, persuadés que Dieu agit malgré nous. De là à penser que le malheur peut être de sa volonté…
Or pour moi, la grâce est un don de Dieu, proche de la foi ; elle œuvre en moi, avec mon adhésion pleine et entière.
Confronté chaque jour à l’hôpital à la souffrance des enfants et à la détresse de leurs parents, je refuse de voir là une quelconque volonté de Dieu, à moins d’accepter l’idée d’un Dieu pervers et sadique. Non, Dieu ne veut que le meilleur pour l’humanité qu’il aime, il ne distribue ni ne retire sa grâce en fonction de ses humeurs. Je crois que, même dans la douleur, il y a un « reste à vivre » ; que, la grâce, entraîne le croyant que je suis vers ce « reste à vivre ». Je la vois comme une façon de transcender le malheur. 
La grâce est bien ce don de Dieu offert à tous, gratuit puisque don, présente constamment dans le bonheur comme dans la peine. Je dois m’ouvrir à elle, la laisser opérer en moi pour la rendre effective. Elle éclaire et oriente ma vie à la lumière de ma foi.

Jean-Marie Renard

Et vous ? Comment ce mot résonne-t-il en vous ?
La grâce, c’est quand ?

.
♫  Dans nos obscurités, allume le feu qui ne s’éteint jamais

« Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens mais priez ainsi » :

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.
Amen

 Que mon cœur ne se taise pas, qu’il soit en fête pour toi ;
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce !

CategoriesNon classé
  1. martine lavallart says:

    la grâce = la Vie de Dieu en nous
    ainsi” tout est grâce” m’invite à me dire : ” comment ta Vie réagit en toi devant les événements ?”
    les événements autour de St Merry sont scandaleux et j’en suis profondément triste.
    Les propos que je lis sur le site de St Merry hors les murs me donne envie dans leur espérance dynamique à dire “Bravo, tout est grâce” de cette grâce qui abat les montagnes, même si dans l’instant on n’y voit pas clair.
    courage, la Vie est là!

Répondre à martine lavallart Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.