A

Au-delà du ressentiment

J’ai écouté sur Zoom James Alison, prêtre dominicain anglais – il parle très bien français – et ouvertement gay, invité à l’initiative de l’association David et Jonathan, à parler de son dernier livre La foi au delà du ressentiment. Le sous-titre Fragments catholiques et gays laisse peut-être entendre qu’il s’adresse d’abord aux homosexuels, mais je crois que son parcours parlera à chacune et chacun d’entre nous

La foi au-delà du ressentiment est tout un cheminement animé par le pardon. Alison suggère de renoncer à l’attitude victimaire revendicatrice et de ne pas entrer en conflit avec l’Église institutionnelle mais de dépasser ce niveau pour être dans l’amour inconditionnel de Dieu. Pour lui-même il ne s’agit ni de démissionner en tant que prêtre ni de renoncer à son homosexualité qui fait partie de lui. Il s’agit d’être authentique, de découvrir, aux autres et à soi, une narration de soi authentique et de vivre de façon positive, vis-à-vis de soi et vis-à-vis des autres, sous le regard et l’amour des autres et de Dieu.

Cette approche ne peut-elle pas aussi nous concerner, nous gens de Saint-Merry hors les murs mis au ban par notre évêque ? Ne nous invite-t-elle pas à dépasser notre état victimaire, à « aller au-delà du ressentiment » ? Ne nous invite-t-elle pas à continuer à être une communauté en recherche de l’Évangile, en recherche authentique de mieux vivre notre foi et notre espérance, en s’appuyant en interne sur chacun et chacune de nous mais aussi en allant dialoguer avec d’autres communautés et d’autres manières d’être et de vivre la foi ?

Jean-Louis L.

Billet du dimanche 9 mai 2021

CategoriesNon classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.