Étant en séjour en montagne à Puy-Saint-Vincent, nous avions décidé hier de faire une expérience dominicale inédite : une sortie appelée « maraude découverte » organisée par l’association « tous migrants ». Comme on le devine, il s’agit d’une association briançonnaise formée récemment pour répondre à l’urgence humanitaire liée à l’afflux de migrants venant d’Italie.

Étrange journée de randonnée à proximité immédiate de la frontière italienne, dans le site de passage le plus fréquenté actuellement par les exilés (à Montgenèvre), sur des sentiers plus ou moins aisés, avec un responsable chevronné de « Tous migrants », connaissant non seulement tous les détours, les pièges, les dangers du terrain, mais aussi évidemment les tenants et aboutissants de cette activité humanitaire qui consiste à porter assistance à des exilés qui traversent la frontière – souvent dans des conditions hivernales très difficiles – en évitant de se heurter aux forces de l’ordre qui souvent les pourchassent et les reconduisent de l’autre côté du col.

Nous avons appris beaucoup en une journée sur l’engagement humanitaire de ces bénévoles qui consacrent des nuits entières à guetter, intercepter et mener à bon port des exilés qui ont réussi à passer la frontière. Nous avons appris davantage encore sur les embûches rencontrées par les exilés souvent interpellés et renvoyés dans des conditions  illégales, au mépris des grands principes des droits de l’homme, voire dépouillés de leur argent et de leur portable !

La dernière nuit, trente-deux migrants sont arrivés au refuge solidaire de Briançon, dans un local que le nouveau maire a décidé de fermer. Où seront-ils accueillis désormais ? Sans doute dans un ancien sanatorium que l’association souhaite acheter.

Bernard B.

Billet du dimanche 30 mai 2021

CategoriesNon classé
  1. Victoraye says:

    Merci pour ce témoignage. C’est du VU en direct. Des petits textes comme celui-là devraient trouver place dans des jurnaux pour alimenter l’opinion publique qui permettraient aux autorités de’agir autrement si l’opinion publique e était avec elles

Répondre à Victoraye Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.