S

Signes par milliers, la lettre de Gérard Wybo au Centre Pastoral

Prêtre de Saint-Merry, Gérard Wybo se décrit comme un « compagnon d’exil malgré lui ». Il a écrit pour nous remercier de cette fidèle et chaleureuse amitié, qu’il nomme “une magnifique thérapie”, occasionnée et structurée par une longue et belle marche commune.

Amis et frères, vous m’avez porté et soutenu, ce qui m’a permis en décembre 2001 de rejoindre le monde des voyageurs, avec les Artisans de la fête.
Ma première intervention fut, au funérarium de Trappes, auprès d’un patriarche, dont la famille faisait tourner un centre de loisirs dans cette ville. Toute la famille réunie, un monde en larmes et spécialement le fils, qui s’était réfugié auprès de son père dans le cercueil ; trois porteurs ont été nécessaires pour le sortir et le séparer de son père. Avec le temps, aujourd’hui, je réalise que pour le monde du voyage, les amis et la famille accompagnent enfin leur défunt dans sa seule demeure fixe.

Cela explique peut-être pourquoi ce monde investit beaucoup dans les funérailles : fleurs, musiques. Il s’agit bien d’une liturgie par et pour des voyageurs. Il ne s’agit pas de se référer à la liturgie des « sédentaires » pour un « voyageur » ! Ce qui paraît évident et peut paraître surprenant, est du simple « bon sens » me semble-t-il ! Nous sommes de la race d’Abraham, le voyageur ! La cérémonie eut lieu dans cette belle petite église de Pontchartrain. J’encense le corps, je bénis et, au retour à la foire du Trône, j’apprends par la « fama publica » que le nouvel aumônier est un drôle : il bénit le cercueil à l’envers ! Qu’ai-je donc pu inventer pour qu’il me soit attribué de telles intentions ?

Le lundi 16 juillet, à Saint-Merry, nous disons « A-dieu » à Minou. Denise Chautard avec beaucoup d’énergie, comme d’habitude, a pu mobiliser une équipe du DAL, qui a pris la parole au cours de la liturgie, parole pour tous, par tous, parole partagée avant de partager le pain de vie. Quel très beau signe ! Dont nous avons été témoins.

Et le mardi 17 juillet, nous disions au revoir à Jeannette Jouvie qui, jusqu’au bout, malgré ses gros ennuis de santé, a été fidèle à l’Accueil du Centre Pastoral et a su fédérer ainsi la communauté en exil ! J’ai encensé Jeannette et j’ai béni son cercueil. Je me suis rendu compte qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, qui était « à l’envers », en revenant à l’autel. J’ai pris le temps de regarder et, effectivement, j’ai béni le cercueil à l’envers !
Le cercueil était face à la foule, disposition réservée aux prêtres et aux évêques. Face à la communauté, Jeannette assurait sa mission reçue au baptême. Prêtresse, celle qui rassemble famille et la communauté. Signes par milliers. Jeannette a toujours été une militante engagée. Ce mardi, elle nous le signifiait une fois encore, pour notre communauté en exil. Merci Jeannette, pour ce signe merveilleux, la place des laïcs dans l’Église !

Signes par milliers
Ton Dieu te fait signe
Dieu dans notre histoire.

Eh oui ! Je bénis les cercueils à l’envers. Il m’a fallu du temps pour capter les signes « Dieu dans notre histoire ». Il en faudra encore beaucoup avant qu’ils se réalisent !
Soyons attentifs pour accueillir les signes… Dieu dans notre histoire.
À bientôt, j’espère : take care.

Gérard Wybo, le 26 août 2021, à la communauté du Centre Pastoral

CategoriesTémoignages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.