D

Dimanche 26 septembre 2021. « Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! »

Il suffira d’un verre d’eau offert en son nom pour avoir droit à la reconnaissance du Christ. Nous sommes tous conviés à dire et agir au nom de l’amour de Dieu.
Lien vers le partage de 11h
ID de réunion : 972 3845 4569 Code secret : 937108

Entrée en prière

♫ Purcell : Laudate Dominum – Rondeau

Accueil

Bienvenue à toutes et à tous, nous qui sommes rassemblés par zoom et vous qui êtes en pensée avec nous où que vous soyez.
Au cours de la préparation de lundi où nous étions nombreux, nous avons fait le choix de ne garder que deux textes, celui du livre des Nombres et l’Évangile de Marc.
Nous avons été interrogés par l’exclamation de Moïse :
« Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! »
Quel programme et quelle responsabilité !
Dans l’Évangile la parole et les actes ne sont pas réservés à l’élite, nous sommes tous conviés à dire et agir au nom de l’amour de Dieu.
Commençons notre rencontre et comme le disait Jésus « lorsque deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux »

Danièle

Introduction au Livre des Nombres

La première lecture des Nombres, nous décrit Moïse et sa relation privilégiée avec Dieu. Il choisit de mettre une part de l’esprit qu’il avait reçu sur 70 anciens, afin qu’ils prophétisent. Moïse se réjouit des choix libres de Dieu, et souhaite que tout le peuple soit un « peuple de prophètes ».

📖 Lecture du Livre des Nombres (Nb 11, 25-29)

En ces jours-là, le Seigneur descendit dans la nuée pour parler avec Moïse. Il prit une part de l’esprit qui reposait sur celui-ci, et le mit sur les 70 anciens. Dès que l’esprit reposa sur eux, ils se mirent à prophétiser, mais cela ne dura pas. Or, deux hommes étaient restés dans le camp ; l’un s’appelait Eldad, et l’autre Médad. L’esprit reposa sur eux ; eux aussi avaient été choisis, mais ils ne s’étaient pas rendus à la Tente, et c’est dans le camp qu’ils se mirent à prophétiser. Un jeune homme courut annoncer à Moïse : « Eldad et Médad prophétisent dans le camp ! » Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole : « Moïse, mon maître, arrête-les ! » Mais Moïse lui dit : « Serais-tu jaloux pour moi ? Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

Résonance

Dans la Bible, Dieu choisit des hommes pour transmettre et expliquer sa volonté, des porteurs de parole : « les prophètes »
Dans notre vie présente, nous rencontrons ces personnes habitées par Dieu, et c’est avec joie que nous les écoutons, apprécions leurs actes, que ce soient des théologiens, Joseph des Missions Étrangères (ex CPHB), le jésuite Joseph Moingt, voire notre pape François, ou des « petits » dont les gestes nous émerveillent, et font preuve d’une présence divine.
Je peux déceler, dans mon entourage, ces porteurs de Dieu : une prédication, un contact chaleureux, un courant positif passe, pas seulement de l’ordre de l’affect, mais profond, révélateur d’une présence autre qui vient à moi.
Je pense souvent aux échanges que nous avions, lors des 6X6 de notre ex Cphb. Je m’étonnais des réactions positives des participants, traitant du sujet du jour avec hardiesse et conviction, alors que cela n’est pas toujours facile de parler en public, surtout lorsqu’on ne se connait pas toujours.
Le Seigneur est, sans doute, proche de celui qui s’exprime : serait-il « un prophète » qui s’ignore ?

Patrice

♫ Chant : En attendant le jour

1/ En attendant le jour où le tigre et l’enfant dormiront au plus près.
En attendant le jour où le bronze et le feu inventeront la paix.

L’Esprit de Dieu pose nos pas sur les sentiers de justice
que son amour rétablira
L’Esprit de Dieu nous confiera les paroles de justice

pour que l’amour trouve une voix.

2/ En attendant le jour où les aveugles-nés deviendront des guetteurs.
En attendant le jour où les corps déchirés se lèveront danseurs.

3/ En attendant le jour où les bois des fardeaux nourriront la poussière.
En attendant le jour où les chaînes emmurées rouilleront dans la mer.

4/ En attendant le jour où les exclus des lois écriront l’avenir.
En attendant le jour où tes fils étrangers oseront s’accueillir.

Introduction au partage

Qu’est-ce qu’un prophète ? Qui est prophète ? Au temps de Moïse, au temps de Jésus et pour nous actuellement ? Quels sont les attitudes, les paroles, les engagements qui nous permettent de reconnaître en l’autre un prophète ?
La question sur laquelle nous pouvons maintenant partager : 

« À quoi avez-vous reconnu des prophètes
sur votre chemin ? »

Vidéo conférence
Vidéo conférence on Wikimedia

Rendons grâce à tous les prophètes d’hier et d’aujourd’hui.
Nous vous proposons de nommer sans commentaire les prophètes que vous avez rencontrés.

♫ Couperin, Pièces d’orgue, messe pour les Couvents : IIf. Gloria. Dialogue sur la voix humaine

Le dimanche 23 mars 1980, Monseigneur Romero termine sa dernière homélie dans la cathédrale de San Salvador. Il s’adresse à l’armée ; presque dans un cri il leur dit : « Devant l’ordre de tuer donné par un homme, c’est la loi de Dieu qui doit prévaloir, la loi dit : « Tu ne tueras point ». L’Église qui défend les droits de Dieu, la loi de Dieu, la dignité humaine… l’Église ne peut se taire devant tant d’abomination. Au nom de Dieu, au nom du peuple souffrant dont les lamentations montent jusqu’au ciel et chaque jour plus fortes, je vous en supplie, je vous l’ordonne au nom de Dieu : arrêtez la répression ».
Le lendemain, 24 mars, Monseigneur Romero tombait sous les balles assassines, au moment où il célébrait une eucharistie dans la chapelle d’un hôpital.
Pendant les décennies des années 60 à 90, l’Amérique latine a été un continent de « petits prophètes ». Des centaines de femmes, d’hommes, de religieuses, de religieux, de prêtres et d’évêques, comme les prophètes de l’ancien testament, ont usé leur vie ou ont versé leur sang, au nom de leur foi chrétienne, pour dénoncer l’injustice et la misère du peuple des sans-voix. Je te remercie Seigneur pour leur vie donnée.

Maria-Cécilia

Alleluia Bach, Cantata 143, Lobe den Herrn, Meine Seele, BWV 143: VII. Hellelujah

L’évangéliste Marc nous propose aujourd’hui deux « flashs » sur Jésus, apparemment très différents.
Premier flash, déjà annoncé par le livre des Nombres.
On ne peut pas être source de vie, et tout de suite après, produire de la mort…
Un bon arbre ne peut pas donner un mauvais fruit, « celui qui n’est pas contre nous est pour nous. »
Jean-Luc

📖 Évangile de Jésus Christ selon Marc 9, 38-41

En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous. Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.

Deuxième flash proposé par Marc.
Jésus nous dit, attention ! Tu n’es pas seul au monde, les autres existent, ne les fais pas trébucher.
Jésus va enfoncer le clou : ne sois pas la pierre ou l’obstacle qui va déséquilibrer l’autre.
Oui, attention ! Ne sois pas cause de scandale pour ton entourage
(en grec scandale, c’est la pierre qui fait trébucher) !
Jean-Luc

📖 Évangile de Jésus Christ selon Marc 9, 42-43.45.47-48

Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. »

Quelle outrance de la part de Jésus ! Ne nous dit-il pas : soyez très vigilants, la chute de l’autre à cause de vous, c’est de votre responsabilité. A vous d’être soucieux des autres. Vous n’êtes jamais seul en cause…
Et, pour tenter de nous faire comprendre, Jésus pousse le paradoxe à l’extrême : il ose parler de s’arracher un œil, de se couper une jambe ou de se trancher la main ! Bien sûr, on peut se dire que c’est d’une exagération toute méridionale. Mais, bien plus profondément, n’est-ce pas  pour nous faire entrer dans le crâne, et surtout dans le cœur, combien le respect de l’autre, des autres, est fondamental ? Cette attention à l’autre, si petit soit-il, ne risque-t-elle pas  de nous appeler parfois à des renoncements très douloureux et inimaginables ?
L’autre, tout être humain, est à respecter inconditionnellement, il me ré-enseigne avec force Jésus.

Jean-Luc

IMG_7058

Quelles intentions de prière avez-vous le désir de confier à la communauté ?


Refrain à écouter : Seigneur, mon Dieu, dans cette nuit je crie vers toi,
Prête l’oreille à ma demande, que ma prière parvienne jusqu’à toi

Notre Père chanté Rimsky Korsakov

Et vous, qu’en pensez vous ? Lien vers le billet

CategoriesNon classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.