À-Dieu à Gérard

Nous avons accompagné Gérard Wybo, décédé le 29 octobre, lors de sa dernière messe, célébrée le 10 novembre 2021 à Saint-Merry. Son visage reste gravé dans nos cœurs pour poursuivre la route, à travers tout ce que nous avons vécu d’intense avec lui et qu’il a su partager : sa fraternité et sa grande proximité avec chacun, son attention aux plus petits, sa grande sensibilité et aussi son sens de la fête. Sa famille et de très nombreux amis étaient là pour lui rendre hommage. Gérard reste bien vivant dans nos cœurs, chaque fois que nous échangeons sur nos routes de vie. Des échos de cette belle célébration.

Gérard, notre ami, notre frère,
Tu nous as quittés le 29 octobre. Douze jours déjà, une éternité.
À quelques jours de ton 80e anniversaire.
Tu n’étais pas pressé de rejoindre les êtres chers, pourtant nombreux, passés sur l’autre rive.
Dans l’épreuve de la maladie, tu désirais tant tenir à nouveau debout, réapprendre une fois encore à marcher. Ton combat a cessé par KO, d’un arrêt cardiaque en séance de kiné.
“Nous avions encore tant à nous dire”, m’a confié l’un de tes amis, venu te voir à l’hôpital. Tous ici pouvons le dire et tant d’autres, qui n’ont pu être présents aujourd’hui.
Ton cœur bat désormais en tous ceux qui t’ont connu et aimé. Amis que nul ne peut décompter, excepté Celui qui sait tout de toi, ton Père et notre Père.
Tu nous accompagnes toujours sur la route, cette route où le Christ Jésus rejoint les hommes et les femmes, pour la rencontre et le partage, la justice et la paix pour tous.
Tu nous accompagnes avec ton sourire et tes yeux rieurs.
Et tu nous invites, une fois encore, à ouvrir les yeux, pour contempler les beautés de notre monde, en commençant par celles de la création :

Loué sois-tu, Dieu créateur. Laudato si’.


Ce chant, tu souhaitais l’entendre pour la messe anticipée de la Toussaint à l’hôpital.
Tu en as relu les paroles, ému aux larmes, la veille de ton passage.

Eliane B.

1 – Pour le souffle de Dieu qui planait sur les eaux, dès le commencement
Pour l’astre du matin et pour ceux de la nuit, fixés au firmament
Pour le feu, la lumière et aussi pour le froid
Pour l’eau et pour le vent, tout nous parle de toi.

Laudato si, Laudato si, Laudato si, Laudato si, Laudato si !

2 – Pour tous les océans qui dessinent la terre, du levant au couchant
Pour la montagne fière et les vastes vallées, les forêts et les champs
Pour la fleur en bouton, le jardin qui verdoie
Pour le mil et le blé, tout nous parle de toi.

3 – Pour les bêtes de l’eau, de la terre ou du ciel, ce grouillement vivant
Pour l’homme et pour la femme que tu fis s’élever, et pour tous leurs enfants
Quand ils disent l’amour, quand ils tendent les bras
Comme des frères et sœurs, ils nous parlent de toi.

4 – Pour la maison bâtie par les humbles de cœur, qui abrite chacun
Les artisans de paix d’une planète bleue, où tout homme est voisin
Dans l’espoir de ce jour qui bientôt lèvera, où, ici et ailleurs, on te reconnaîtra.

Paroles et musique : Patrick Richard – écouter le chant

Bernard Bellanza, aumônier national des forains et circassiens

Bernard Bellanza pose l’étole “foraine” de Gérard sur son cercueil et nous dit quelques mots sur lui.

Je viens de remettre à Gérard son habit de piste, comme il aimait à dire.

Merci l’ami, tu as été un cadeau pour nous autres. Un ami fidèle et un frère de toutes et tous. Je me réjouis avec tous les forains et circassiens et artistes de rue de t’avoir eu sur nos route d’Emmaüs. Je parle de cadeau, car je crois comme toi l’ami, que ceux qui vivent l’Évangile sont un cadeau pour les autres.
Pour avoir fait route avec toi Gérard, tu m’as fait comprendre que nous devons porter en nous des espoirs. Ces espoirs, emprunts de ton amour pour l’humain, étaient le moteur de ton existence et de ta vie de prêtre au service de tous.

Aujourd’hui, mon ami, nous pleurons… mais nos larmes ne sont pas des larmes d’égoïsme, mais elles sont des larmes de tendresse et de reconnaissance envers un homme dont le cœur était si grand qu’il n’y avait jamais d’exclus. Que ce cœur te mène à présent à goûter la joie et la fête sans fin…
On t’aime l’ami, ton nom restera à jamais gravé dans nos cœurs.

Bernard Bellanza


Première lettre de saint Jean : 3, 16-18 – Une foi en actes et en vérité

Gérard, notre Ami, notre Frère, tu nous donnes rendez-vous pour ta dernière messe ainsi que nous l’a dit tout à l’heure Éric.
Comme pour beaucoup d’entre-nous, Gérard, tu as marié nos enfants et baptisé nos petits-enfants. Tu nous émerveillais par ton humanité et ta fraternité dans toutes les cérémonies d’Adieu que tu célébrais.
Aujourd’hui, nous sommes rassemblés pour te fêter !

Après les paroisses de Saint-Paul et de Saint-Marcel où tu as beaucoup investi, tu as atterri ici à Saint-Merry il y a 32 ans. Tu as atterri en frère, dénué de toute mentalité ecclésiastique car tu n’as jamais voulu être un homme de pouvoir et encore moins faire carrière adhérant d’emblée à la co-responsabilité Prêtres et laïcs, ADN de notre Communauté, ainsi qu’à la mission que le Cardinal Marty avait confiée à celle-ci « pour inventer des modes nouveaux pour l’Eglise de demain ».

Tu t’es laissé progressivement découvrir, habité par la beauté de la nature et celle de l’art.

Gérard respirait la Fraternité, ne s’inscrivant jamais dans un jugement ou en donneur de leçons, abordant chacun comme un égal lui laissant un espace de respiration, le laissant exister sans jamais penser à sa place.
Je sais que grâce à toi, Gérard, beaucoup de ceux que tu as rencontrés ont pu retrouver du prix à leurs propres yeux et sont repartis confiants vers de nouveaux horizons.

Tu voulais passionnément que la Parole soit partagée. Je me souviens de ta Mère qui m’avait dit un jour que, quand tu étais enfant, tu partageais bien souvent tes cadeaux avec les autres.

Je me souviens des expositions ici à Saint-Merry que tu initiais, élaborées par des membres de notre communauté nourries par la Parole que tu voulais faire circuler.

Alors que beaucoup n’engagent dans la vie qu’une faible part, Gérard s’est engagé tout entier en Actes et en Vérité s’inspirant passionnément de la lettre de l’Apôtre Jean dans l’Amour des autres. Je pense aux membres du Centre pastoral, aux paroissiens de Saint-Merry, à la Pastorale d’été, à tous ces habitants et travailleurs du quartier dont il connaissait tous les prénoms ! A tous les artisans de la Fête, ces forains qui l’avaient adopté, à tous ces gens de la rue qui s’installaient sous le porche de l’Eglise et qui l’empêchaient souvent de dormir !

Gérard a affronté la maladie pendant de longs mois sans jamais se plaindre. Il a achevé son voyage avec nous sans pouvoir aller plus loin ; il ne pouvait le poursuivre sans le Centre Pastoral auquel il avait tant donné.

Autour de Toi Gérard, il y a ta famille et tous les amis qui sont présents. Il y a tous ceux qui ne sont pas dans cette Église que tu as rencontrés, accompagnés et remis Debout. Ce sont eux qui t’escortent et à leur tour t’accompagnent vers l’autre versant.
Merci Gérard de nous avoir entrainés vers le meilleur de nous-mêmes. Que les graines que tu as semées en nous continuent à porter du fruit.

Signes par milliers, Dieu dans notre Histoire, c’est le chant que tu aimais tant et que nous chanterons dans un instant.
Je veux faire résonner la voix de Gérard dans son Église, dans sa maison. C’est lui qui nous parle, dans le dernier message qu’il a adressé, le 26 août, à notre Communauté :

« Signes par milliers, Dieu dans notre Histoire,
il m’a fallu du temps pour capter les signes ! Soyons attentifs pour accueillir les signes.
Merci à tous et à toutes pour votre fidèle et chaleureuse amitié, une magnifique thérapie occasionnée et structurée par une belle et longue marche commune.
À bientôt, j’espère. “Take care”. Merci encore ».

Gérard, un compagnon d’exil malgré lui

Jean-Marc L.

Signes par milliers K226

Signes par milliers, traces de ta gloire,          
Signes par milliers, Dieu dans notre histoire 
(bis)

Ta main Seigneur nous a donné des signes
Des signes par milliers
Le chant de l’univers, le souffle sur la mer,
La flamme des vivants, Dieu à l’œuvre dans nos temps ! 

Pour nous, Seigneur, tu as donné des signes,
des signes d’unité,
Le pain de nos travaux, le vin des renouveaux,
La table partagée, Dieu, la fête réveillée !

Témoins choisis que nous soyons des signes,
Des signes d’avenir
Un peuple de croyants, disciples du Vivant,
L’Eglise à découvert, Dieu, soleil sur nos hivers !

Évangile d’après Marc 6, 30-44 : “Donnez-leur vous-mêmes à manger”.

suivie d’une homélie d’Eric Morin qui présidait la célébration

Jésus-et-la-multiplication-des-pains-1
Icône de la multiplication des pains

Credo des forains

Je crois en Dieu,

Le Père plein de patience et de tendresse,
Qui a créé le ciel sous lequel se déploient nos manèges et nos métiers
Et la terre que nous parcourons avec nos convois.
Nous croyons en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
Lui qui nous aide à vivre dans la paix et le pardon.
L’Esprit Saint lui a donné la vie en Marie, Notre Dame des forains.
Pour avoir aimé les faibles et les marginaux,
Il a souffert sous Ponce Pilate, il est mort,
Crucifié pour nous donner courage
Quand nous souffrons aussi.
Le troisième jour, il est ressuscité :
Quelle bonne nouvelle pour tous !
Je crois en l´Esprit Saint qui nous inspire tout ce qui est bon.
Je crois en l´Église universelle
Qui unit les vivants et les morts,
Elle est sainte et joyeuse comme nos Fêtes.
Je crois au pardon toujours possible.
Je crois à notre Résurrection.
Je crois à la vie éternellement belle.
Amen.

Prière universelle: Accueille au creux de tes mains, la prière de tes enfants.

Seigneur, nous te prions avec et pour toutes les personnes qui ont soigné Gérard : les aides-soignantes et soignants, les infirmières et infirmiers, les médecins, les kinésithérapeutes. Qu’ils soient bénis pour toute l’attention apportée aux personnes malades.

Seigneur, nous te prions avec et pour tous les artisans de la fête, forains et circassiens. Qu’ils soient bénis pour toute la joie et la vie qu’ils apportent à chacune et chacun.

Seigneur, nous te prions avec et pour tous les membres de la famille de Gérard, celles et ceux qui l’ont accompagné durant ces dernières années comme les plus lointains. Qu’ils soient bénis et gardent en eux la tolérance, l’humour, l’attention à l’autre et le sens de la fête de Gérard.

Seigneur, nous te prions avec et pour toutes les communautés au sein desquelles Gérard a œuvré et tissé tant de liens : communautés paroissiales de Saint-Paul, Saint-Marcel et Saint-Merry, Aumôneries des Lycées et Collèges, Centre Pastoral Saint-Merry aujourd’hui en exil, Aumônerie des Forains, Communauté de Sant’ Egidio.
Qu’elles soient bénies pour leur engagement à construire une Église fraternelle, qui écoute avant de parler, une Église attentive aux plus fragiles, comme Gérard la vivait.

La paix à donner

Échangeons un geste de paix au nom du Père Gérard Wybo qui était un homme de paix.
De paix, de sourire, de foi, d’espérance, de joie, de fraternité.

J’en ai été témoin :

  • Dans cette belle église lors de célébrations heureuses ouvertes à tous.
  • Lorsqu’il nous avait invités, ma femme et moi, à boire un Schweppes dans un café voisin : il connaissait tout le monde dans le voisinage, tout le monde lui souriait avec amitié et bonheur.
  • Lors des célébrations avec les forains à la foire du Trône, dont il avait l’oreille et qu’il savait écouter.

Transmettons-nous maintenant la paix avec son sourire dans les yeux
La justice pour tous, la paix pour tous
La paix avec vous, la paix en vous, la paix par vous.

Pasteur Gilles Castelnau

Le pain des baladins : paroles et musique P. Richard

chanté et accompagné à la guitare par Christiane Oriol

C’EST UN PAIN SANS LEVAIN, LE PAIN DES CARAVANES
LE PAIN DES BALADINS, DES FORAINS, LE PAIN DES NOMADES
C’EST NOTRE PAIN QUAND ON S’ARRÊTE UN PEU
ET QUE L’ON SE RETROUVE AU COIN D’UN FEU


Ce pain-là dans nos mains, c’est le pain de nos vies
C’est le pain quotidien des joies et des soucis
C’est un pain qui nous ressemble
C’est un pain qui nous rassemble
Le pain quand on a faim. (bis)

Ce pain-là dans nos mains combien l’ont préparé
C’est le pain de nos liens avec l’humanité
C’est l’espoir qui nous libère
C’est l’amour qui nous rend frères
Le pain quand on a faim. (bis)

Ce pain-là dans nos mains est caresse du ciel
C’est le pain du chemin pour la vie éternelle
C’est la force dans nos doutes
C’est l’élan de notre route
Le pain quand on a faim. (bis)

Ce pain-là dans nos mains c’est Jésus qui se donne
C’est le pain qui devient Celui qui nous façonne
C’est un pain pour l’aventure
C’est son corps en nourriture
Le pain quand on a faim. (bis)

Prière de Patrice de La Tour du Pin

Mon Dieu, accueille ton ami
dégage-le de l’emprise de la mort.
Tu l’as donné gratuit, reprends-le de même.
Mets d’abord à son compte que nous l’aimons.
Nous n’avons pas à Te le présenter.
Nous te montrons ce qu’il nous a donné.
Rassemble ses bontés, elles t’appartiennent
Ne l’isole pas de nos prière pour le juger.
Devant la mort nous ne savons que Toi,
nous reprenons souffle à l’espérance.
Là où déjà beaucoup des tiens sont à demeure :
Qu’ils accueillent notre ami et l’entourent.
Oublie qu’il t’oubliait, Seigneur,
Rappelle-toi qu’il t’appelait.
Reprends son souffle et tiens-le pour ami :
tes amis te le demandent.

Témoignages de sa famille

Mon Gé, quand je suis née, tu étais déjà au séminaire, mais quand j’ai grandi, j’ai tout de suite admiré tes engagements, tes combats aux cotés des opprimés, des laissés-pour-compte et, chaque fois que j’ai fait appel à toi pour un proche qui ne se reconnaissait pas dans notre religion, tu avais toujours les mots, la solution. Tu m’as fait connaitre de merveilleux amis et découvrir ta deuxième famille en m’emmenant à la Foire du Trône, à la Fête des Loges ou à la messe de minuit sous le chapiteau Gruss et c’était, à chaque fois, Magique ! Ces trois dernières années à combattre ce foutu cancer à tes côtés ont, au moins, permis de passer plus de temps ensemble et d’apprécier encore davantage : ton attention auprès des gens que j’aime, tes encouragements et ton ouverture d’esprit. Alors, MERCI, mon frère, pour tout ce que tu m’as apporté, mais, « Enfoiré », tu es parti trop tôt, alors de là haut, je compte encore sur Toi.

Domi, ta petite sœur

Gérard-1989
Gérard Wybo

Sur l’épaule de l’ange

J’ai choisi un poème du recueil : « Sur l’épaule de l’ange » que tu nous avais offert.
Il s’agit d’un texte d’Alexandre Romanès, poète circassien que tu admirais et dont tu disais, avec ton expression favorite et en levant le pouce « le mec, c’est un numéro un » :


« Je n’envie ni les puissants, ni les intelligents.
La jeunesse, la beauté, la notoriété
me semblent dérisoires et la gloire aussi.
Quand je serai mort, j’espère seulement
être le plus longtemps possible
dans le cœur de mes proches.
Et si ce n’est pas trop demander,
être un peu dans le cœur de Dieu. »

Gérard, je suis persuadée que tes vœux seront exaucés,
car toi aussi, tu étais un numéro un.

Cécile, nièce de Gérard

Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes

(Alice) Cher Gérard,
(Antoine) Mon cher oncle,

Chacun ici garde en souvenir les mots que tu as su adresser à l’assemblée lors des messes et cérémonies auxquelles ils ont chacun assisté.
Chacun se souviendra aussi de ton écoute, et des mots doux, justes, réconfortants, et parfois décalés, que tu as aussi su leur adresser en dehors.

(Alice) Ces deux dernières années, tes prises de parole publiques étaient, de fait, plus rares.
Et nous sommes heureux d’avoir pu partager deux grands moments de la vie avec toi.
L’été 2019, tu as célébré notre mariage. Debout. Car oui, tu avais réappris à marcher pour pouvoir célébrer notre union.

L’hiver dernier, le jour de noël, tu as accompagné le départ du papa d’Antoine.
Tu avais alors parlé de lumière.

À notre tour donc de nous adresser à toi. Et te confier ces quelques lignes du Petit Prince

(Antoine) : Si tu aimes une fleur qui se trouve dans une étoile, c’est doux, la nuit, de regarder le ciel. Toutes les étoiles sont fleuries.
Tu regarderas, la nuit, les étoiles.
Mon étoile, ça sera pour toi une des étoiles. Alors, toutes les étoiles, tu aimeras les regarder…
Elles seront toutes tes amies.
Et puis je vais te faire un cadeau…

(Alice) : Il rit encore.

(Antoine) : Ah ! petit bonhomme, petit bonhomme j’aime entendre ce rire ! –
– Les gens ont des étoiles qui ne sont pas les mêmes.
Pour les uns, qui voyagent, les étoiles sont des guides.
Pour d’autres, elles ne sont rien que de petites lumières.
Pour d’autres, qui sont savants, elles sont des problèmes.
Mais toutes ces étoiles-là, elles se taisent.
Toi, tu auras des étoiles comme personne n’en a…
Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j’habiterai dans l’une d’elles, puisque je rirai dans l’une d’elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles.

(Alice) : Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire ! Et il rit encore.

(Antoine) : Et quand tu seras consolé (on se console toujours), tu seras content de m’avoir connu.
Tu seras toujours mon ami. Tu auras envie de rire avec moi.
Et tu ouvriras parfois ta fenêtre, comme ça, pour le plaisir…
Et tes amis seront bien étonnés de te voir rire en regardant le ciel.
Alors tu leur diras : “Oui, les étoiles, ça me fait toujours rire !” Et ils te croiront fou. Je t’aurai joué un bien vilain tour…

(Alice) : Et il rit encore.

(Antoine) : “Ce sera comme si je t’avais donné au lieu d’étoiles, des tas de petits grelots qui savent rire…“

(Alice) : Et il rit encore.
Puis, il redevint sérieux :

(Antoine) : “Cette nuit…tu sais…ne viens pas. Je ne te quitterai pas.
J’aurai l’air d’avoir mal…
J’aurai un peu l’air de mourir. C’est comme ça. Ne viens pas voir ça, ce n’est pas la peine. – Je ne te quitterai pas ».

Gérard Wybo

Dernier geste d’À-Dieu : son ami clown s’incline devant le cercueil… retire son nez rouge… et le pose sur le cercueil.

Gérard quitte Saint-Merry sous les applaudissements, “Salut l’artiste” et l’air de Haendel qu’il a tant aimé ” À toi, la gloire, Ô Resuscité”, joué à l’orgue par Michèle Guyard.

Eglise Saint-Merry : messe d’adieu à Gérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.