D

Dimanche 30 janvier 2022. « Je vais vous indiquer le chemin »

C’est en « passant au milieu d’eux », au milieu de nous, que Jésus peut poursuivre sa mission, qu’il ouvre et trace un chemin d’amour, cet autre nom de la charité qui n’est autre que le don de soi pour les autres.

Pour vous connecter à la rencontre de 11h dimanche, cliquez ici.

Entrée en prière

♫Gershwin : Un Américain à Paris

Accueil

Bonjour à vous toutes et tous qui faisons communauté en ce dimanche matin ! Bienvenue à ceux dont les visages plus ou moins connus s’affichent sur nos écrans, et aussi bienvenue peut-être à de nouveaux participants qui nous rejoignent pour la première fois. Ils peuvent, s’ils le souhaitent, se présenter. Lundi, nous avons lu lors de la préparation de cette célébration les textes proposés par la liturgie, et nous avons décidé de retenir pour aujourd’hui l’Évangile de Luc et l’épître de Paul, où nous avons noté dans chacun, le terme de « chemin ». Un chemin ouvert par le Christ, un chemin tracé par sa parole qui nous conduit plus loin que nous-mêmes, plus loin que nos ciels de nuages. Aujourd’hui encore, pour nous, cette parole devient vivante si nous la faisons nôtre. Assurés par cette promesse du Christ : « Lorsque deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux », entrons en célébration par le signe de croix, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Solange de R. et Christine B.

📖   Évangile de Jésus-Christ selon Luc (Lc 4, 21-30)

En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d’Isaïe, Jésus déclara : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre ». Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même’, et me dire : ‘Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton lieu d’origine ! ». Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Méditation en musique

Calling you

Résonance

Lors de la préparation, nous avons décidé de lire l’Évangile avant l’Épître de Paul, qui chante de multiples façons l’amour entre les hommes, le chemin à tracer, sur lequel nous allons vous inviter à échanger, parce que l’Évangile nous est apparu comme chargé de contre-exemples. 
Alors, nous avons voulu mettre les refus d’aimer avant les mille et une manières d’exercer sa « caritas » selon Paul. En effet dans l’Évangile après :« Tous lui rendaient témoignage », nous avons : « Tous devinrent furieux ». Pourquoi ce changement radical d’attitude ? 
Ils sont jaloux de ce que Jésus a fait à Capharnaüm. Ils ne supportent pas d’entendre : 
– qu’Élie a sauvé de la famine une veuve étrangère, à Sarepta, au pays de Sidon,
– qu’Élisée a purifié Naaman, un Syrien, de la lèpre.
Ils veulent tellement voir préférer les leurs aux étrangers qu’ils entreprennent de mener Jésus sur un escarpement « pour le précipiter en bas ». Mais lui « allait son chemin ».
Oui, Jésus nous ouvre le chemin de l’amour de tous.

Danielle M.

Chant

Dans le soleil ou le brouillard

IMG_0352
E.Descours – Coll. privée

Dans le soleil ou le brouillard
Il faut tracer jour après jour
Un chemin pour la bonne nouvelle
La nouvelle de ton amour

Ton évangile est lettre morte
Tant qu’il ne s’écrit sur des cœurs de chair
Tu nous confies d’être la porte
Pour que Ton Esprit vienne en nos déserts

Ton évangile est une grâce
Qu’il faut accueillir dans un cœur d’enfant
Tu nous confies d’être l’espace
Où s’inventeront des soleils levants

Ton évangile est espérance
Qui fait avancer plus loin que la nuit
Tu nous confies d’être semence
Pour que ta parole germe en toute vie 

📖  Lecture de la première lettre aux Corinthiens (1 Co 12, 31 – 13, 13)

Frères, recherchez avec ardeur les dons les plus grands. Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence. J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée. En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles. Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé. Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant. Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et l’amour ; mais la plus grande des trois, c’est l’amour. 

Résonance

Après que les fidèles de Nazareth lui ont « rendu des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche », Jésus ne serait-il pas celui qui provoque par quelques remarques bien senties (« Nul n’est prophète en son pays ») ? En fait, non. Face à sa communauté croyante, réunie à la synagogue et bien dans son entre-soi, il refuse de s’y laisser enfermer. Certes, il est, pour tous, le fils de Joseph, mais pour qu’aujourd’hui la Parole s’accomplisse en Lui, l’assemblée doit s’ouvrir bien au-delà du petit cercle de ses relations. Dès lors, Jésus ici, après d’autres prophètes (Elie et Elisée), est celui qui offre la Parole à d’autres qu’aux siens, en fait à chacune et chacun de nous quel que soit notre état. Juste parce que nous en avons besoin pour vivre : veufs et veuves de nos espérances, affamées par tant de nos attentes vaines ou lépreux de nos malheurs.

Chapelle en Chablais
E.Descours – Coll. privée

Comment alors pourrions-nous garder la Parole pour nous ? Comment pourrions-nous la confisquer juste pour qu’elle ne circule qu’entre nous ? Comment la rendre vivante alors qu’elle est souvent portée par de vieux langages répétitifs que d’autres ne comprennent plus ?
Et c’est en « passant au milieu d’eux », au milieu de nous, que Jésus peut poursuivre sa mission, qu’il ouvre et trace un chemin d’amour, cet autre nom de la charité qui n’est autre que le don de soi pour les autres (traduction que la TOB retient : amour et non charité).
Parmi toutes ces associations positives ou en creux que Paul donne à l’amour (laquelle ferons-nous nôtre pour aujourd’hui ?), c’est toujours à travers la relation, la gratuité, la dépossession, le don de la joie que ce chemin se dessine.  Même si l’amour est un chemin souvent tortueux que nous traçons difficilement parfois mais jour après jour, dans l’espérance et dans la foi, il nous ouvre toujours vers demain. Nous vous invitons à vous saisir d’un mot ou d’une expression que vous faites vôtre ce matin sur ce chemin d’amour. Et à le partager…

Alain C.

Méditation en musique

Kreisler – Marche viennoise miniature

Partage

Quel mot, quelle expression faites-vous vôtre ce matin ? 

Chant

Ils deviennent chemin

Pour un seul et même Dieu,
Ils deviennent chemin et portent la lumière
Pour un seul et même Dieu,
Ils deviennent chemin et partagent le pain.

Recherche de sens lumière et chemin

1/ Ton peuple a pris naissance
Quand une étoile s’est levée
Naissance de Dieu au cœur de l’homme,
Naissance de l’homme au cœur de Dieu
Ton peuple a pris naissance

2/ Ton peuple a pris la route,
Au désert, ils t’ont tant cherché
La route de Dieu au cœur de l’homme,
La route de l’homme au cœur de Dieu
Ton peuple a pris la route

3/ Ton peuple a pris lumière,
Sa nuit ne sera plus sans fin
Lumière de Dieu au cœur de l’homme,
Lumière de l’homme au cœur de Dieu
Ton peuple a pris lumière.

4/ Ton peuple a pris son souffle,
Comme une folie de trop d’amour
Le souffle de Dieu au cœur de l’homme,
Le souffle de l’homme au cœur de Dieu
Ton peuple a pris son souffle.

Quelles intentions de prière avez-vous le désir de confier à la communauté ?

Que notre prière puisse s’entendre et être portée sur les chemins du monde 

DSC_0417P
Liturgie dominicale à Saint-Merry

Refrain

Ubi caritas et amor
Ubi caritas Deus ibi est
Où règnent la charité et l’amour, là est Dieu

Prière

L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. 

Notre Père chanté

CategoriesNon classé
  1. Jacqueline Casaubon says:

    Merci Alain pour ton texte qui nous interroge tous, j’espère que tu vas le faire connaître au delà de St Merry Hors les Murs… Et merci aussi à Elisabeth pour ses belles photos qui ont un sen et qui font partir aussi. Jacqueline C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.