L

Le sourire de Maurice

Maurice nous a quittés le 11 janvier. Ordonné prêtre à Laval en 1955, il fut le curé d’Appoigny, en Bourgogne, jusqu’en 2001. Il enseigne la linguistique à l’université de Rennes et l’anthropologie religieuse à l’université de Paris VII. Il est l’auteur de Naissance d’un vieux prêtre, Ed. Métailié, 2012 et de L’homme rituel, anthropologie du rituel catholique français, Ed. Métailié, 1999.
Fidèle de notre communauté, journaliste, professeur de fac, vicaire général,
aumônier des prisons, il fut un prêtre à l’écoute du monde. Sa parole fut libre
et ses décisions souvent prophétiques. 

Certains d’entre nous ont bien connu Maurice lors des partages eucharistiques du mercredi soir à Saint-Merry, notamment quand il prenait le relais de Dominique Lambert, avec la présence de son fils Nourdine. Il était très présent lors des célébrations du dimanche,
nous n’oublierons pas sa profonde bienveillance et son sourire communicatif aussi vif que taquin.

La célébration d’à-Dieu a eu lieu à Saint-Merry le 25 janvier, présidée par Daniel Duigou
en présence du père Joseph (de la maison Marie-Thérèse) et de José.
. . . Si le Père vous appelle, tressaillez de joie car vos noms sont inscrits dans le cœur de Dieu !

Lettre de saint Paul aux Corinthiens 1, 17-25

Le Christ, en effet, ne m’a pas envoyé pour baptiser, mais pour annoncer l’Évangile, et cela sans avoir recours au langage de la sagesse humaine, ce qui rendrait vaine la croix du Christ. Car le langage de la croix est folie pour ceux qui vont à leur perte, mais pour ceux qui vont vers leur salut, pour nous,
il est puissance de Dieu. L’Écriture dit en effet : Je mènerai à sa perte la sagesse des sages, et l’intelligence des intelligents, je la rejetterai. Où est-il, le sage ? Où est-il, le scribe ? Où est-il,
le raisonneur d’ici-bas ? La sagesse du monde, Dieu ne l’a-t-il pas rendue folle ? Puisque, en effet, par une disposition de la sagesse de Dieu, le monde, avec toute sa sagesse, n’a pas su reconnaître Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par cette folie qu’est la proclamation de l’Évangile. 
Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse,
nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes.
Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance
de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes,
et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.

Psaume 71

En ces jours-là fleurira la justice, 
grande paix jusqu’à la fin des temps !

Dieu, donne au roi tes pouvoirs, 
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice, 
qu’il fasse droit aux malheureux !
En ces jours-là, fleurira la justice, 
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer, 
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !
Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre, 
du pauvre dont il sauve la vie. 
Que son nom dure toujours ; 
sous le soleil, que subsiste son nom ! 
En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !

Évangile selon saint Marc 1, 1-11 (lu en grec et en français)

Ἀρχὴ τοῦ εὐαγγελίου Ἰησοῦ Χριστοῦ. 
Commencement de l’Evangile de Jésus Christ.
Ὡς γέγραπται ἐν τω Ισαϊα τω προφήτη,
Comme il est écrit dans Isaïe, le prophète : 
ἰδοὺ ἐγὼ ἀποστέλλω τὸν ἄγγελόν μου πρὸ προσώπου σου, 
ὃς κατασκευάσει τὴν ὁδόν σου ἔμπροσθέν σου· 
Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, qui ouvrira ton chemin devant toi, 
φωνὴ βοῶντος ἐν τῇ ἐρήμῳ :  

« Ἑτοιμάσατε τὴν ὁδὸν Κυρίου, εὐθείας ποιεῖτε τὰς τρίβους αὐτοῦ, » 
voix de celui qui crie dans le désert :
« Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. »
ἐγένετο Ἰωάννης βαπτίζων ἐν τῇ ἐρήμῳ 
Parut Jean, celui qui baptisait, dans le désert 
καὶ κηρύσσων βάπτισμα μετανοίας εἰς ἄφεσιν ἁμαρτιῶν. 
et proclamait un baptême de conversion pour le pardon des fautes.
καὶ ἐξεπορεύετο πρὸς αὐτὸν πᾶσα ἡ Ἰουδαία χώρα καὶ οἱ Ἱεροσολυμῖται, 
Et se rendait auprès de lui toute la région de Judée et  les habitants de Jérusalem 
καὶ ἐβαπτίζοντο πάντες ἐν τῷ Ἰορδάνῃ ποταμῷ ὑπ’ αὐτοῦ ἐξομολογούμενοι τὰς ἁμαρτίας αὐτῶν.
et tous étaient plongés dans le fleuve Jourdain par lui,
en reconnaissant publiquement leurs fautes. 
ἦν δὲ ὁ Ἰωάννης ἐνδεδυμένος τρίχας καμήλου καὶ ζώνην δερματίνην περὶ τὴν ὀσφὺν αὐτοῦ, καὶ ἐσθίων ἀκρίδας καὶ μέλιἄγριον.
Il était, Jean, habillé de poil de chameau et d’une ceinture de cuir autour des reins
et mangeant des sauterelles et du miel sauvage.
καὶ ἐκήρυσσε λέγων·
Et il proclamait : 
Ἔρχεται ὁ ἰσχυρότερός μου ὀπίσω μου, 
« Il vient celui qui est plus fort que moi, derrière moi ; 
οὗ οὐκ εἰμὶ ἱκανὸς κύψας λῦσαι τὸν ἱμάντα τῶν ὑποδημάτων αὐτοῦ.
Celui dont je ne suis pas digne, en m’abaissant, de dénouer la courroie de ses sandales.
ἐγὼ μὲν ἐβάπτισα ὑμᾶς ἐν ὕδατι, αὐτὸς δὲ βαπτίσει ὑμᾶς ἐν Πνεύματι ἁγίῳ. 
Moi, je vous ai baptisés/plongés dans l’eau ; lui vous baptisera/plongera dans un Esprit Saint. »

Le Pérugin - Baptême du Christ - Détail
Le Pérugin, Baptême du Christ, détail, Chapelle Sixtine

Καὶ ἐγένετο ἐν ἐκείναις ταῖς ἡμέραις ἦλθεν ὁ Ἰησοῦς ἀπὸ Ναζαρὲτ τῆς Γαλιλαίας 
Et il arriva en ces jours-là, que vint Jésus de Nazareth de la Galilée, 
καὶ ἐβαπτίσθη ὑπὸ Ἰωάννου εἰς τὸν Ἰορδάνην. 
et il fut baptisé/plongé  par Jean vers/dans le Jourdain.
καὶ εὐθέως ἀναβαίνων ἀπὸ τοῦ ὕδατος εἶδε σχιζομένους τοὺς οὐρανοὺς 
Et aussitôt, en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer 
καὶ τὸ Πνεῦμα ὡς περιστερὰν καταβαῖνον ἐπ’ αὐτόν· 
et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
καὶ φωνὴ ἐγένετο ἐκ τῶν οὐρανῶν· 
Et il y eut une voix hors des cieux :
Σὺ εἶ ὁ υἱός μου ὁ ἀγαπητός, ἐν σοὶ εὐδόκησα. 
« Toi, tu es mon Fils, le bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Maurice-Nourdine-Jose
Nourdine, José et Maurice à Saint-Merry

Prière

Père, notre Père,
Ton fils Jésus est venu sur terre vivre une vie d’Homme.
Regarde dans quel chaos nous sommes aujourd’hui.
Nous te prions en particulier pour ceux qui survivent avec tant de peine. 
Ils ont faim, ils ont froid, ils sont nombreux sur notre terre.
Nous te prions pour ceux qui ont perdu le goût de la vie, dans leur solitude. 
« Être aimés, aimer » … des mots qui n’ont aucun sens pour eux.
Nous en connaissons certains et certaines qui sont dans cette situation. 
Aide-les à se relever, à marcher, qu’à travers nous passe ton Amour. 
Aide-nous à prendre soin d’eux.
Sors-nous de nous-mêmes, de l’entre soi, afin que nous allions ailleurs, les retrouver.
Ils ont des choses à nous dire, à nous apprendre, à nous donner,
car le Souffle de l’Esprit les accompagne aussi.
Nous sommes tous faits de la même chair car Tu es notre Père.
Fais Seigneur, que nos portes et que nos cœurs se déverrouillent.
Fais-nous grandir en Humanité.

Jacqueline C.

♫ Chant : cantique de Syméon

Paroles d’après Lc 2, 29-32 – musique : A. Gouzes, abbaye de Sylvanès

Maintenant, Seigneur, tu peux laisser ton serviteur

Maintenant, Seigneur, laisse ton serviteur s’endormir dans la paix
Car mes yeux ont vu ton salut
Maintenant maître souverain tu peux laisser s’en aller ton serviteur en paix selon ta parole
Car mes yeux ont vu ton salut que tu as préparé à la face de tous les peuples
Lumière pour éclairer les nations et gloire d’Israël ton peuple
Gloire au Père au Fils au Saint Esprit
comme il était au commencement maintenant et toujours et pour les siècles des siècles

Hommage de Gilbert Chauvin en l’église d’Appoigny (89)

Inlassablement depuis 2000 ans retentit dans l’Évangile cette parole du Christ : « Je suis venu non pour être servi mais pour servir. » C’est ce qu’a vécu au milieu de nous Maurice.
Le prêtre est serviteur au service d’une communauté. Il n’est pas là pour exercer un pouvoir, l’autorité mais pour se mettre au service de tous. Méfions-nous, n’enfermons pas le prêtre dans le sacré. Nous en faisons un intouchable. Ces dernières années nous ont montré où cela nous a menés : une Église éclaboussée, meurtrie, honteuse.
Maurice, comme tout prêtre fidèle à l’Evangile, a été à l’écoute du monde.
Sa parole fut libre et ses décisions souvent prophétiques. Son cri fut celui de Dieu pour son peuple durant son esclavage en Égypte : « J’ai vu la misère de mon peuple. J’irai le libérer. »
Né la même année, je suis de la génération de Maurice. Ce qu’il a exprimé, avec délicatesse,
lors de la parution de son livre, Naissance d’un vieux prêtre : « Nos années sont de la même encre même si elles ont été écrites en d’autres lieux. Dieu nous a comblés en nous faisant vivre
une époque merveilleuse. »
Nous sommes nés avec l’Action catholique, fenêtre grande ouverte sur le monde.
L’Église était présente dans tous les secteurs de la vie. En tête par son nombre, l’Action catholique générale des femmes, l’ACGF ; l’ACGH ; le monde indépendant, ACI ; le monde ouvrier, ACO ; le monde rural, JAC ; le monde étudiant, JEC. Tout ce monde de militants alertés par le livre, France – pays de mission, et les enquêtes sociologiques du Père Boulard, se mobilisent pour mettre un frein
à la déchristianisation. Toute une effervescence missionnaire apparaît : prêtres ouvriers, Mission de France, Mission de Paris, Équipes Madeleine Delbrêl dans la banlieue rouge. La presse s’engage : bulletins paroissiaux, La Vie catholique illustrée, Témoignage chrétien. Même le syndicat chrétien devient CFDT pour être plus proche du monde du travail. Jusqu’au bon pape Jean XXIII qui nous recommande de collaborer dans des actions concrètes sur le terrain avec ceux qui ne partagent pas notre foi.
Nous, les prêtres, nous avons abandonné tout signe distinctif qui nous mettait à part.
Être comme tout le monde. L’un parmi les autres. Selon le paradoxe de l’Évangile : « Disparaître
pour être efficace ». « Vous êtes le sel de la terre – nous dit le Christ – le sel n’est utile qu’en disparaissant. » Et nous savons bien que ni la soutane ni le col romain ne sauveront le monde.
Certes, nous avons eu des audaces hasardeuses, fait des erreurs mais tout un courant d’enthousiasme soulevait le peuple chrétien. Nous vivions une véritable révolution.
Le concile pouvait s’ouvrir.

Quelques semaines avant sa mort, j’ai pu voir Maurice à la Maison Marie-Thérèse, boulevard Raspail. Il était alité dans sa chambre magnifiquement décorée par Nourdine. Nous avons évoqué ce qui nous a fait vivre. Avant ses ennuis de santé, nous avions l’habitude de nous retrouver à l’église Saint-Merry, ce Centre pastoral voulu par le Père Marty en 1975, un lieu d’expérimentations pour témoigner de l’Évangile et inventer des modes nouveaux pour l’Église de demain. Ce lieu fut l’abreuvoir qui a étanché la soif de nombreux chrétiens en recherche, lieu d’élection de Maurice. Tout ce qu’il avait jadis mis en place dans les communautés où il était passé, il le voyait vivre à Saint-Merry. La célébration eucharistique préparée par prêtres et laïcs montrait que c’est tout le peuple qui est sacerdotal, comme le dit Hervé Legrand.
Maurice trouvait là une Eglise qui allait aux périphéries, vers ceux qui s’étaient éloignés pour des raisons matrimoniales, d’orientation sexuelle… Lieu d’accueil inconditionnel, de convivialité, de solidarité. C’est là, entre autres, que Coluche a démarré les Restos du Cœur, que de nombreux artistes ont montré que leurs œuvres pouvaient être un chemin vers Dieu. Une Église qui prend des voies nouvelles ne pouvait que plaire à Maurice, lui qui avait toujours cherché à ce que l’Église soit pénétrée par la vie du siècle.

Nous sommes fin janvier. Le printemps s’annonce. C’est le temps de la taille. Saurons-nous faire l’émondage nécessaire… ce que réclame sans cesse le Pape François : des réformes… pour que les bourgeons déjà là puissent éclater, grandir pour donner les rameaux de l’Église de demain.
Avec tous les anciens paroissiens de la Mayenne, de Chevannes, d’Appoigny,
tous ses vieux compagnons de route, de tout cœur, nous lui disons : 

Merci Maurice pour ce que tu as semé.
Dieu saura le récolter,
lui qui ne met jamais hors les murs.

Gilbert Chauvin, prêtre de l’Yonne

le 26 janvier 2022

Partage eucharistique du mercredi soir en 2020
CategoriesCélébration
  1. Jean Verrier says:

    Quel bel hommage à Maurice, et aussi à toute la Communauté de Saint-Merry, passée et hors les murs, qu’il habitée aussi longtemps qu’il a pu le faire ! Maurice nous accompagne sur les chemins de l’Église de demain. Rendons grâce à Celui qui l’a envoyé parmi nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.