D

Dimanche 27 février 2022. « Ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur »

Nous sommes appelés à mettre nos paroles en cohérence avec ce qu’il y a au plus profond de nos cœurs, ce trésor de vie que Dieu y a enfoui.
Pour vous connecter à la rencontre de 11 h dimanche,  cliquez ici.

Entrée en prière : Misa criolla – Sanctus

Accueil

Bonjour à toutes et tous.
Bienvenue aux habitués,
Bienvenue aux nouveaux qui nous rejoignent pour la première fois.
Chers amis, nous ne pouvons pas commencer notre célébration sans penser à nos frères Ukrainiens écrasés sous les bombes. Je vous propose une minute de silence pour prier pour tous les morts.

Lundi à la préparation nous avons réfléchi sur la Parole car ce dimanche nous la trouvons dans tous les textes :

  • dans Ben Sira : « la parole fait connaître les sentiments »,
  • dans le psaume : « il est bon d’annoncer dès le matin ton amour »,
  • dans Paul : « au dernier jour… se réalisera la parole de l’Écriture »,
  • dans l’Évangile : « ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur »,
    ce sur quoi nous vous inviterons à méditer.

En attendant vous allez goûter un petit bijou, une petite merveille, le texte de Ben Sira.
Et comme nous sommes réunis en son nom, nous osons dire « Au nom du Père, et du Fils et de l’Esprit ».

Danielle

📖 Lecture du livre de Ben Sira le Sage (Si 27, 4-7)

Quand on secoue le tamis, il reste les déchets ;
de même, les petits côtés d’un homme apparaissent dans ses propos.
Le four éprouve les vases du potier ; on juge l’homme en le faisant parler.
C’est le fruit qui manifeste la qualité de l’arbre ; ainsi la parole fait connaître les sentiments.
Ne fais pas l’éloge de quelqu’un avant qu’il ait parlé, c’est alors qu’on pourra le juger.

Méditation en musique : J. Blow, Venus & Adonis

« Ainsi la parole fait connaître les sentiments »

La Bouche de la Vérité,
1632, église Santa Maria in Cosmedin, Rome

Psaume 91

Qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
d’annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits !

Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

Méditation en musique : Andrieu – orgue

« Le Seigneur est droit ! Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

📖 Première lettre de Paul apôtre aux Corinthiens (1Co 15, 54-58)

Frères, au dernier jour, quand cet être périssable aura revêtu ce qui est impérissable, quand cet être mortel aura revêtu l’immortalité, alors se réalisera la parole de l’Écriture : La mort a été engloutie dans la victoire.
Ô Mort, où est ta victoire ? Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; ce qui donne force au péché, c’est la Loi. Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ. Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, soyez inébranlables, prenez une part toujours plus active à l’œuvre du Seigneur, car vous savez que, dans le Seigneur, la peine que vous vous donnez n’est pas perdue.

Méditation en musique : Buxtehude-Cantate

«  Alors se réalisera la parole de l’Écriture »

Mosaïque de l'impératrice Zoé, Sainte-Sophie (Istanbul, Turquie)
Mosaïque de l’impératrice Zoé,
Sainte-Sophie, Istanbul

📖 Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (Lc 6, 39-45)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole : « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître. Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines, on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.

Méditation en musique : Vedran Smailović

« Ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. »

Vedran Smailović jouant du violoncelle dans la bibliothèque
nationale de Sarajevo en partie détruite, en 1992.

Résonances

Le dernier verset de l’Évangile d’aujourd’hui m’a inspiré une petite promenade dans les Évangiles.
Pour commencer, la prière de Jésus à Gethsémani (Mc 14, 34-36). Dans l’angoisse de l’imminence de sa mort et l’impératif de ne pas trahir sa mission, en prenant la fuite. De quoi faire déborder son cœur. en laissant jaillir ses paroles : « Abba “papa”… Père, tout est possible pour toi. Éloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que moi je veux, mais ce que toi tu veux. ».
Cette prière m’a ensuite bien sûr conduit au Notre Père (Mt 6, 9-13) et me l’a rendu encore plus proche : Notre Père qui est à la fois aux cieux (c’est-à-dire invisible) et au plus profond de moi.

Jean-Yves

Les textes de ce jour nous ramènent de différentes manières vers la Parole. Je suis particulièrement sensible à la poésie, aux mots du psaume Ps 91 (92) ; grandir comme un palmier, pousser bien droit comme un cèdre, avec lequel on peut bâtir quelque chose de solide. Je rapproche ces paroles d’un autre psaume (Ps 1), que nous avons lu il y a 15 jours : celui qui se plaît dans la loi du Seigneur […] est comme un arbre planté près d’un ruisseau qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt.
Une autre traduction du Ps 92 dit : Le juste fleurira comme le palmier ; il se multipliera comme le cèdre du Liban. Donner des fleurs, c’est promesse de fruits.
Dans les derniers versets du psaume de ce jour, le Seigneur est là présent, il est droit, c’est un rocher sur lequel je peux m’appuyer, ou m’accrocher dans les tempêtes de la vie. De même, celui qui vit de la Parole est un appui pour ceux qui l’entourent et il donne du fruit. Je pense à deux ou trois personnes que je connais bien qui sont imprégnées de la Parole, toujours présentes pour tendre la main. Comme le dit l’évangile d’aujourd’hui : chaque arbre se reconnaît à son fruit.

Hélène

Dieu, qui est le Verbe, nous a créés comme des êtres dotés de la parole.
C’est cette parole qui caractérise notre humanité et nous distingue de tous les autres êtres vivants de la Création. Dieu nous a même donné le pouvoir de nommer les êtres vivants pour leur donner une existence et donc une valeur à nos yeux. La Genèse ne dit-elle pas « C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun » ?
C’est dire si cette parole est précieuse.
Nos paroles peuvent être source de vie lorsqu’elles rassurent, qu’elles consolent, qu’elles encouragent, qu’elles pardonnent. Mais elles sont souvent source de mort lorsqu’elles blessent, qu’elles condamnent, qu’elles calomnient, qu’elles sous-entendent, qu’elles insinuent.
Nous aimons nous rassurer en disant que nos paroles ont dépassé nos actes, mais les textes du jour nous interdisent une telle échappatoire. Ce que nous disons révèle ce que nous sommes.
Nous sommes donc appelés à mettre nos paroles en cohérence avec ce qu’il y a au plus profond de nos cœurs, ce trésor de vie que Dieu y a enfoui.

Vincent

PARTAGE : Qu’est ce que votre cœur fait dire à votre bouche ce matin ?

Edward_hopper_chop_suey
Edward Hopper, Chop Suey, 1929

Drôle de semaine. Une guerre de conquête en Europe, à l’opposé de notre bienveillance pacifique, persuadée que le dialogue diplomatique résoudrait tous les malentendus.
Et puis, la guerre est là, une vraie guerre avec ses bombardements et les destructions qui s’ensuivent, avec des troupes occupant des territoires qu’elles s’approprient, avec des gens qui se cachent et dorment dans les caves ou le métro, d’autres qui fuient sur les routes, véritable exode.
Et si nous profitions de ce temps inédit pour nous interroger :
Ne participons-nous pas quelque peu, de façon beaucoup plus feutrée, à cette violence mortifère de par le monde (achats à bas prix, déchets exportés, hésitations à secourir des personnes dans l’illégalité, etc.) ?
Les pailles ou les poutres empêchent certains de discerner la propagande…
Les pailles ou les poutres permettent à d’autres d’accepter des modérations pour ne pas entraver le bon fonctionnement des marchés…
Seigneur, ouvre nos yeux et nos oreilles pour faire tomber toutes pailles ou poutres qui empêchent la construction harmonieuse de notre monde.

Marie-José

Chant : Ta voix devient parole
Alors ta voix devient parole
Dans nos déserts et dans nos cieux
Nous la portons comme elle nous porte
Pour annoncer les temps de Dieu.

1- Toujours jaillie des vrais silences,
Matin des eaux, nuit des bergers,
Quand la vie, aux souffles d’enfance,
Est ouverte à l’éternité.

2- Si les bénis de ton Alliance
Siècle après siècle ravivée
De murmures en cris d’espérance
Tracent les chemins détournés.

3- Quand l’aujourd’hui de l’Évangile
Convie la houle des priants
À soutenir ce corps fragile
D’une Église en commencement.

4- Si, à la croisée des rencontres
Et des attentes en devenir
Nous savons dire ta présence
Et témoigner de ton désir.

(Auteur : Alain Cabantous/Compositeur : Léandre Boldrini)

Quelles intentions de prière avez-vous le désir de confier à la communauté ?

Entends nos prières entends nos voix,
Entends nos prières monter vers toi

Notre Père

CategoriesNon classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.