A

Agile, inventive, l’animation d’une communauté nomade

La fermeture du centre pastoral Saint-Merry, il y a un an, a fait de notre Communauté une tribu nomade, qui a dû s’inventer de nouveaux moyens d’existence. L’équipe pastorale élue quelques mois auparavant s’est élargie aux responsables de pôles, pour constituer un comité de pilotage représentatif des diverses sensibilités de la Communauté, et capable d’assumer les nombreuses tâches, pour la plupart nouvelles. 

Une quinzaine de personnes se sont ainsi réunies chaque semaine par Zoom pour traiter des sujets nombreux et tous plus urgents les uns que les autres : maintenir l’unité de la Communauté, organiser des rencontres autour de la Parole par zoom, et des prières dans l’église Saint-Merry, trouver des lieux pour pouvoir célébrer en communauté pour la Semaine Sainte et la Pentecôte, organiser des débats pour nous nourrir, recréer un site internet, communiquer avec les media, etc.

Pour nous placer sous le signe de l’Esprit et nous rappeler que notre mission première était bien l’annonce de l’Évangile, nos réunions commençaient toujours par une prière et se concluaient par un Notre Père. Même si beaucoup ont eu le sentiment de s’être retrouvé embarqués par hasard dans cette aventure, tous ont exercé cette mission avec dévouement, et tous en ont été profondément marqués. Nous avons vécu ainsi une expérience concrète de la synodalité et de la coresponsabilité : coresponsabilité entre laïcs soucieux de préserver l’avenir de notre Communauté mais aussi coresponsabilité avec un prêtre, puisque Jean-François Petit nous a accompagnés chaque semaine jusqu’au début du mois de septembre. Ce chemin ne s’est pas fait sans heurts ni divergences, notamment sur la question de nos relations avec l’Église institutionnelle et du recours, mais nous avons aussi fait l’expérience de pardons donnés et reçus lorsque des paroles blessantes ont pu être prononcées. 

Nous avons dû faire face à un défi – le plus important – : celui de maintenir un lien constant avec la Communauté, alors même que nous ne disposions pas de lieu pour nous réunir. Grâce aux outils numériques, nous avons pu organiser plusieurs assemblées communautaires, qui ont chaque fois réuni plus d’une centaine de personnes à distance, derrière leurs écrans, et ont permis des discussions très riches en petits groupes. Là aussi, nous avons fait l’apprentissage de la synodalité à distance.

En septembre, alors que Notre-Dame d’Espérance nous offrait la possibilité de nous retrouver pour célébrer un dimanche par mois, l’enjeu était désormais de sortir d’une organisation provisoire et de préparer de nouvelles élections.

AG-groupes-1

Se fondant sur sa propre expérience, le comité de pilotage a eu la conviction qu’une équipe large, entre 12 et 15 personnes, était pertinente dans le contexte actuel. Un long processus de discernement individuel et collectif de près de deux mois a permis à 14 personnes de se porter candidates. Lors de l’assemblée générale du 21 novembre dernier, la Communauté a pu réfléchir à notre projet et élire une équipe pastorale largement renouvelée, composée d’anciens membres du copil, de membres anciens ou plus récents de la Communauté, de Parisiens et de provinciaux, de jeunes et moins jeunes. La nouvelle équipe s’est rapidement mise au travail et noue en son sein des relations faites d’amitié, de confiance et de responsabilité partagée.

Nous adressons un grand merci à tous les membres du premier Copil, d’avoir assuré cette animation de la Communauté dans cette période si troublée et vous demandons de porter par la prière l’équipe pastorale afin qu’ensemble nous inventions des chemins nouveaux pour l’annonce de l’Évangile.

Vincent Moreau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.