Ce rêve pour l’Église de demain, c’est celui de Xavier de Chalendar, adressé au courrier des lecteurs de La Croix et publié le 28 novembre 2007. Un texte qui, après quinze ans, est toujours d’une brûlante actualité. Ces propositions, dont les deux premières ont été déjà expérimentées par de nombreuses communautés locales, peuvent-elles être un fil conducteur du synode sur la synodalité, et enfin passer du rêve à la réalité en étant adoptées par l’Église entière ?

Quand je rêve à ce que pourrait être l’Eglise de demain…

table post it
  • On encourage des laïcs adultes à se retrouver régulièrement en groupes de réflexion et de partage
    sur leur vie de foi et leurs pratiques chrétiennes.
  • On laisse pour la liturgie eucharistique une plus grande liberté d’adaptation en fonction des cultures locales, des circonstances et des participants.Des responsabilités pastorales sont confiées à des laïcs, hommes ou femmes, pour une durée déterminée, avec un statut bien précis.
  • Des femmes sont ordonnées diacres et exercent un ministère.
  • Des femmes pourront être ordonnées prêtres dans la mesure où les assemblées épiscopales estimeront que l’ensemble des fidèles de leur pays sont prêts à les reconnaître. (…)
  • Des hommes mariés peuvent être ordonnés prêtres pour assurer une charge pastorale et la célébration eucharistique. Un ministère leur est confié pour dix ans, une fois renouvelable ; après quoi, tout en restant ordonnés, ils perdent le pouvoir d’exercer les fonctions sacerdotales.
  • Chaque évêque reçoit la charge d’un diocèse pour douze ans. Après quoi il change de diocèse ou reprend un autre ministère à la base.
  • Un patriarche par continent est élu pour six ans, une fois renouvelable. Il coordonne le travail des assemblées épiscopales de chaque pays et assure la communion avec les autres patriarches, celui de Rome gardant la primauté. Les services rendus par l’administration vaticane sont répartis.

P. Xavier de Chalendar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.