G

Guerre en Ukraine. Un combat métaphysique, disent-ils

La guerre déclenchée par le président russe contre l’Ukraine n’est pas une guerre de religion.
Plutôt une croisade expansionniste menée au nom de la pureté russe inspirée par l’orthodoxie,
afin de lutter contre l’Occident décadent et menaçant.
Le patriarche orthodoxe russe Kirill, l’un des théoriciens de ce discours, confirme, bénit, et sacralise une telle manipulation de la foi chrétienne au service de la guerre.
Tout en affirmant que « là où est le diable, là aussi est le mensonge » il ose expliquer que « les ennemis (extérieurs) des peuples russes et ukrainiens s’efforcent par tous les moyens de leur insinuer : vous êtes des ennemis, vous devez faire la guerre ». Il évoque « un combat métaphysique au nom du droit de se tenir du côté de la lumière, du côté de la vérité de Dieu, de ce que nous révèlent la lumière du Christ, sa parole, son Évangile ». Devant tant de mensonges, il me faut bien croire que le diable existe !  

Un détournement de l’histoire

Les autorités russes réécrivent l’histoire pour nier toute existence autonome à l’Ukraine, « fabrication de Lénine », contaminée par l’idéologie nazie, et gagnée par la fièvre maléfique occidentale.
En 988, sous l’autorité du Prince Vladimir, la Rus’ fut baptisée à Kiev et devint chrétienne. Après la rupture en 1054, entre Rome et Constantinople, le fossé s’est creusé ; la religion fut manipulée par tous les pouvoirs.
Moscou, la « Nouvelle Rome » devint Église indépendante en 1448, tout en maintenant la prééminence de principe de Constantinople. Peu à peu, les églises situées à proximité de la Russie, renforcèrent leurs liens avec Moscou, contre l’ouest. Les liens nationalistes entre l’Église orthodoxe russe et le pouvoir en place furent toujours très fusionnels.
La rupture avec Constantinople fut consommée lorsque Moscou refusa de participer au grand concile panorthodoxe réuni en 2016. Des églises orthodoxes autocéphales, indépendantes des deux grands centres de l’orthodoxie, se formèrent dans divers pays, au gré des évènements. 
En Ukraine, l’Église liée à Moscou est la plus nombreuse. En 2018 une Église orthodoxe ukrainienne indépendante fut créée et reconnue par Constantinople. Il existe aussi une forte église Gréco-catholique rattachée à Rome.

La communion orthodoxe menacée

Certains responsables orthodoxes, pourtant rattachés au patriarcat de Moscou, contestent le discours de Kirill cité plus haut. Ainsi Jean, le patriarche des Églises orthodoxes européennes de tradition russe : « Je ne peux souscrire à une pareille lecture de l’Évangile. Une telle guerre ne peut avoir de justification ni devant Dieu ni devant les hommes ». Il appelle à une condamnation de l’agression russe. L’Église orthodoxe ukrainienne proche de Moscou manifeste également des « fissures » à l’égard du discours officiel. Le métropolite de Lviv (Ukraine) écrit : « Nous voulons une Église indépendante de Moscou pour une raison simple : la Russie est l’agresseur, elle attaque l’Ukraine et le patriarche Kirill ne reconnaît pas cette réalité ». Le courage et une certaine liberté restent bien vivants malgré l’autoritarisme destructeur. 
Si les responsables orthodoxes liés à Moscou sont beaucoup plus prudents en Serbie, Albanie, Tchéquie, Slovaquie, etc., le patriarche Bartholomé de Constantinople a pris position et condamné fermement l’agression russe. Il est suivi par de nombreuses églises orthodoxes à travers le monde. Une démarche de véritable communion sera-t-elle possible après de tels déchirements ?

Et le pape dans tout cela ?

Le pape François a, dès le début du conflit, dit son horreur de la guerre et sa compassion pour les victimes. Il lui fut reproché de ne pas avoir tout de suite désigné le coupable, au nom de la « retenue » du Vatican qui caresse depuis des décennies le projet d’une rencontre au sommet entre Moscou et Rome (Le Monde, 10 mars). Diplomatie oblige, affirment certains. 
Le 13 mars, le pape déplora la barbarie, les bombardements et demanda que soit mis fin immédiatement à « l’inacceptable agression armée. Dieu est seulement le Dieu de la paix, Il n’est pas le Dieu de la guerre et qui soutient la violence en profane le nom ». Sa position est bien claire. Les deux responsables religieux ont pu s’entretenir de la gravité de la situation. 
Par ailleurs, la doctrine catholique ne met pas en cause la légitime défense d’un peuple contre une agression, mais invite la communauté mondiale à se méfier de toute guerre dite « juste ». À aucun moment l’on ne peut prétendre « humaniser la guerre ». Le pape confirme la condamnation de la guerre d’agression et de toute arme de destruction massive. Il met des conditions à la «  la guerre juste » sans jamais la légitimer (encyclique Fratelli Tutti).
Dramatique occasion pour toute personne de bonne volonté de s’interroger sur la création progressive des conditions individuelles et mondiales qui empêcheront de céder à la tentation guerrière.

Guy Aurenche

CategoriesNon classé
Guy Aurenche

Avocat honoraire, membre de la Commission Droits de l’homme de Pax Christi, ancien président de l’ACAT et du CCFD-Terre solidaire. À lire de Guy Aurenche : « Droits humains, n’oublions pas notre idéal commun ! », éd. Temps présent, 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.