Si les catholiques semblent l’avoir redécouverte tout récemment, les Églises orthodoxes et celles issues de la Réforme protestante ont, quant à elles, une longue expérience de la dimension synodale. Quelles sont leurs pratiques en matière de synodalité et que peuvent-elles nous apporter ? Nous en avons parlé le 12 janvier dernier, lors d’un débat animé par Pietro Pisarra, à revoir sur notre chaîne YouTube. La synthèse d’Anne René-Bazin.

Étaient ainsi réunis autour de Pietro : Monique Baujard, théologienne, présidente des Amis de la Vie, membre du comité de pilotage de Promesses d’Église, elle a travaillé plusieurs années à la Conférence des Évêques de France ; Christophe d’Aloisio, prêtre orthodoxe, théologien ; Arnaud Latscha, vice-président du Conseil presbytéral de l’église protestante unie de Pentemont-Luxembourg à Paris.

Courir au présent, c’est ça le synode ! C’est l’autre nom de l’Église…

Pietro Pisarra : « Vous couriez si bien », écrit saint Paul dans la lettre aux Galates, dans les années 50 de notre ère (chapitre 5, verset 7). La course, la marche, la route désignent dans le vocabulaire de Paul ainsi que dans celui des Pères de l’Église la vie et la foi des chrétiens. Car le chrétien est par définition homo viator, en chemin : son existence est celle d’un pèlerin. 

Déjà les Actes des Apôtres (9,2) parlent des disciples du Christ comme des adeptes de la Voie. Voie, route, chemin : c’est le synode avant l’heure ou avant la lettre. Mais attention : « Vous couriez si bien ! ». Paul parle au passé. Alors il faut lire la suite : « Vous couriez si bien : qui, en vous barrant la route, empêche la vérité de vous entraîner ? ». Paul vise ici les chrétiens « judaïsants », qui prônent la circoncision pour les nouveaux chrétiens venant du paganisme et l’observance stricte de la loi mosaïque. Et il leur rappelle que « l’homme n’est pas justifié par les œuvres de la loi, mais seulement par la foi de Jésus-Christ » (Gal. 2, 16). C’est une belle volée de bois vert. Et les oreilles d’un certain Simon-Pierre ont dû siffler.

Mais Paul nous invite aussi à conjuguer le verbe « courir » au présent : « Vous courez si bien ». C’est ça, le Synode. C’est un style, une manière d’être, c’est l’autre nom de l’Église, dira au quatrième siècle saint Jean Chrysostome. L’église catholique romaine a redécouvert cette dimension constitutive de l’Église pendant le Concile Vatican II, puis par l’institution du synode des évêques par Paul VI, tandis que l’Église orientale, orthodoxe, lui est restée fidèle : la synodalité est toujours dans ses gênes. Et la Réforme, les églises issues de la Réforme, vivent la synodalité à tous les niveaux, en des manières qu’il est intéressant pou nous tous de découvrir.

Débat synodalité et œcuménisme
Un moment du débat sur synodalité et œcuménisme,
à revoir sur notre chaîne YouTube

Christophe d’Aloisio, prêtre orthodoxe, théologien

La synodalité est chère au cœur des orthodoxes.
Mais il faut distinguer le principe et la pratique. Dans le principe, que l’on parle de synodalité ou conciliarité, « l’Église orthodoxe se revendique Église des conciles ». En cela, elle se distingue du papisme romain comme de l’individualisme protestant. Elle s’appuie sur l’expérience conciliaire du temps des apôtres, racontée par Luc dans les Actes chapitre 15, par Paul dans l’épître aux Galates : un même événement présenté de deux façons différentes. Les apôtres montrent l’image d’une église qui délibère. Un mode de délibération du début qui a été peu à peu confisqué par « le clergé ». Car le Nouveau Testament parle bien du peuple ecclésial : roi, prêtre, prophète. Tous habilités à constituer la communauté, faculté peu à peu reprise par le magistère.

Il faut distinguer le droit d’une part, de la théologie d’autre part, où le processus de réception est essentiel : les apports théologiques n’existent que lorsqu’ils sont reçus.
Il faut aussi distinguer autorité et pouvoir : le pouvoir impose.

La réalité synodale amène à distinguer différents niveaux. Un synode de niveau mondial se situe dans l’imaginaire. Mais tous les niveaux sont indispensables, avec le premier niveau des cellules communautaires, le deuxième temps de l’échelle supra-communautaire des diocèses ou tout autre mécanisme, le troisième niveau des églises régionales – patriarcat ou autocéphalie – , qui pratiquent les synodes, devenues cléricales et épiscopales.

Cathedrale-Sainte-Sophie-de-Kiev
Kiev

La synodalité mondiale est une évolution récente, historiquement apparue avec le dialogue oecuménique à la fin du 19e et au début du 20e. En Crête en 2016, il y a eu une tentative de réunir un grand concile du 20e siècle, en qualité de « Saint Concile », dont le processus de réception fut problématique, avec une actualité très polémique et des textes surannés.  Le dernier concile mondial du 20e siècle était le concile de Moscou en 1917 sous les bombes de la Révolution d’Octobre. Il a essayé un système proche des protestants, avec une réhabilitation des laïcs, qui fut une inspiration pour la constitution Vatican II. Aujourd’hui on est prêt à poser la question des femmes. Une autre question difficile : le rapport des communautés avec les pouvoirs d’Etat… Il faut que les niveaux délibératifs dans l’Église soient expérimentés de façon empirique avec les fidèles. Parfois, même une voix très isolée a pu faire bouger une Église. Rappelons-nous aussi que la Croix est le signe de l’échec : nous n’avons pas les mêmes critères de réussite. Ainsi beaucoup de moments prophétiques se sont mal passés, et c’est la réception qui en a connu l’impact. L’échec n’est pas forcément un échec de l’Esprit Saint.

Arnaud Latscha, protestant

Dans l’Église réformée, je suis vice-président du Conseil presbytéral du temple de Pentémont-Luxembourg (Église protestante Unie de France) et délégué au synode régional de l’Ile-de-France qui compte 150 délégués. L’Église réformée a 500 ans de pratique de synodalité, c’est l’ADN de notre église dans laquelle il y a deux piliers : le système presbytéral et le système synodal.

Tout part du niveau local. L’assemblée générale de la communauté élit les membres du Conseil presbytéral – des laïcs et un pasteur -, ce conseil étant présidé par un laïc. Il désigne des délégués au synode, toujours à parité, un laïc et un pasteur. Ce conseil régional, dirigé par un évêque collégial, se réunit tous les ans pendant deux jours de synode. De même il envoie une délégation au synode national avec un pasteur et un laïc.

Comment définit-on un thème synodal commun à tous les synodes régionaux ? Les récents thèmes étaient l’écologie, puis les couples de même sexe. Pour les 3 ans à venir nous allons travailler sur « ministère et mission ». Le national prépare un canevas, à étudier au niveau local qui envoie un rapport au synode régional puis lui-même au National qui décide. Tout ceci est long et lourd, mais marche assez bien.
Les principes sont posés : tout part du local – avec la parité laïc / pasteur – les élections sont liées à un mode de discernement. Les écueils sont identifiés : la durée (une année pour un retour) – une perte en ligne entre le local et le national. Mais il faut accepter le processus, qui est basé sur le consensus, et arriver à une position commune. 
Cela suppose une vraie pédagogie du fonctionnement du Synode avec des règles précises. Par exemple il existe un règlement du Synode très détaillé (20 pages). Le processus d’amendement des textes est défini autour de deux mots importants :
– soumission mutuelle : le débat est très ouvert, la règle est de s’y soumettre, et c’est un des éléments majeurs de la réussite.
– processus différencié : une façon d’arriver à une conclusion, c’est d’entendre des avis différents, de les accepter, et de travailler sur les points qui nous rapprochent : ainsi on reste en communauté.
Avec les luthériens, les quelques différences n’ont pas empêché le rassemblement.

En 2015, le débat autour de la bénédiction des mariages de même sexe a été houleux. La décision a été, non pas : « les églises protestantes unies se prononcent en faveur de », mais : « les églises protestantes unies reconnaissent la possibilité pour chaque église locale de procéder à une bénédiction ». Il faut accepter la distinction entre le réel et l’idéal.

Monique Baujard, catholique, théologienne

On se prend à rêver : on peut commencer à apprendre des autres églises chrétiennes, du fonctionnement horizontal au fonctionnement vertical. Ce dernier s’est construit avec l’Empire romain, avec Napoléon… Le Concile Vatican II a bien saisi le problème mais n’a pas abouti. Le pape souligne des éléments qui vont dans ce sens : égale dignité des baptisé, un Église de l’écoute, une Église du service dans l’exercice du pouvoir. 

Jeunes avec le pape - Synode
Jeunes avec le pape François. Photo : synod.va

Les synodes sur les jeunes, sur la famille, sur l’Amazonie, montrent un changement consistant à partir de la réalité. Les évêques comme les laïcs, au moins ceux qui participent, sont pour le changement. Oui, mais ça n’avance pas : les blocages viennent de l’enseignement, de la foi qui décline… On peut espérer que quelque chose change après la manifestation des abus sexuels, abus de pouvoir, abus de conscience, qui sont une vraie remise en cause d’un pouvoir des institutions sans contre-pouvoir, sans évaluation, sans compte à rendre. Même les laïcs participent à ce système quand ils vénèrent la figure du prêtre.
Avec le synode sur la synodalité, comment penser un autre fonctionnement ? On en appelle aux laïcs qui répondent : « on n’est pas habitué, ça ne nous regarde pas ». Il faut mettre en route les laïcs. À l’intérieur, des choses bougent : Promesse d’Église avec le Secours catholique et les Apprentis d’Auteuil veulent donner la parole à tous. Car ça ne se fait jamais spontanément. 

L’Église pourrait mieux répondre aux aspirations des gens : ainsi pour Humanae vitae… Au synode sur la famille, certaines questions n’ont pas pu être abordées comme l’homosexualité et la contraception ! Les catholiques ne sont pas éduqués à prendre la parole, ça va prendre du temps.
On peut citer quelques exemples encourageants : en Amérique latine, le développement des communautés de base ; le fait que les grands auteurs de Vatican II ont tous été condamnés auparavant. Le pape souligne la théologie du peuple, et il faut faire entendre cette voix.
Les changements sont très difficiles pour ceux qui perdent du pouvoir, il ne faut pas idéaliser l’Église.

Question : quelle est l’utilité d’un synode, et à quelles conditions ?

Elle est de réfléchir ensemble à ce qu’on peut changer pour la réception du message. Un souci d’organisation et de gouvernance est justifié, il faut régler ces problèmes pour pouvoir s’ouvrir ailleurs

Christophe :
Le mode de délibération dépend des régions, car il y a des régions où le clergé reste à trop grande distance du peuple. Un des enseignements de l’histoire est qu’il n’y a pas un seul modèle de synode ou de concile, mais des démarches très variées. Mais le corps ecclésial a toujours cherché à assimiler dans les sagesses du monde ce qui pouvait être profitable pour l’édification de la communauté chrétienne. Déjà les premiers conciles se sont inspirés de formes étrangères à l’Église : les pratiques de la Grèce antique ou de la Rome ancienne. Aujourd’hui dans l’Église il y a concentration des pouvoirs ; or nous savons depuis Montaigne que la séparation des pouvoirs est un apprentissage de sagesse humaine, que les églises ont bien du mal à assimiler, et qui est indispensable : – ce ne sont pas les mêmes qui édictent les règles ou qui en vérifient l’application. Une méthodologie plutôt qu’un modèle statique permet de discerner des formes conciliaires adaptées selon les époques : comment l’Église en tant que corps réagit aux défis de l’histoire ?

Monique :
Au temps de Vatican II oui, l’Église affirmait qu’elle avait à apprendre du monde. Aujourd’hui elle est réticente, trop à l’écart, trop protégée. C’est un des points les plus sensibles aujourd’hui : comment la convaincre ?

Question : dans les textes, le discernement revient aux évêques et à eux seuls. Est-ce tenable ?

Arnaud :
Les protestants aussi sont éparpillés et certaines églises sont à risque. Mais quelques conditions peuvent être soulignées :
– le discernement dans la prise d’une décision : elles sont collégiales, et ce n’est pas le fait d’une personne seule ;
– le discernement dans le choix de la personne qui a pris la décision : quand on a participé à la nomination de la personne qui décide, c’est plus facile d’accepter cette décision.
Les pasteurs sont nommés pour 6 ans, les conseils pour 4 ans, puis ils retournent en paroisse : c’est une conception du pouvoir différente. Par ailleurs, un travail synodal bien fait facilitera la réception et c’est aussi un élément très important.

Christophe :
Le discernement revient à tous les niveaux de l’Église. Il est indispensable d’essayer d’adopter des principes méthodologiques : 
– réinventer les ministères et les fonctions : on utilise toujours les mêmes noms, évêques, diacres, mais il n’y a pas d’équivalence avec l’environnement de Paul, de Byzance…
– dans ces ministères, prêter une attention particulière à la modération des assemblées communautaires : c’est une compétence et il faut donner une place ces fonctions ; 
– inventer des fonctions qui permettent de structurer les communautés, en définissant clairement une fonction pour rendre un service ;
– discerner selon les régions les fonctions qui permettent de renforcer la communauté.

Question sur les avancées du Synode

Christophe :
Désacraliser le prêtre, oui, car cela n’apparait pas dans le Nouveau Testament. Il n’y a pas de distinction entre le sacré et les autres. Désacraliser c’est partager les charges. Le fait d’ordonner des hommes mariés est important dans le témoignage. Par ailleurs les prêtres orthodoxes travaillent, et cela facilite le rapport au travail.
Cela suppose aussi une réflexion sur la liturgie : le prêtre est tellement centre focal de la célébration qu’il est difficile de sortir les assistants de leur passivité. Comment les rendre « concélébrants » actifs ?

Monique :
Une chose assez simple à faire : passer de Père à Frère pour commencer. C’est un travail théologique sur le sacerdoce à faire. Ce qui manque aussi, ce sont de vrais lieux de dialogue, pour que les gens apprennent à discuter d’égal à égal, comme en Allemagne, même au niveau national. Les évêques commencent à inviter des laïcs. Mais pour la liturgie, il n’y a que des hommes, pas de femmes.

Arnaud : 
Il y a maintenant 30 % des femmes pasteurs. Et le rôle des laïcs est ouvert : il peut être théologien, prédicateur, animateur. Je suis prédicateur laïc, donc je célèbre la Sainte Cène. Cela demande beaucoup de discernement. Il faut reconnaître des fonctions plus larges.

Question : démocratie dans les Églises et démarche synodale ?

Monique :
Si « ce qui concerne tous doit être discuté par tous » (et cela figure dans le droit canon), au moins ce qui concerne le corps des femmes devrait être discuté avec les femmes.

Christophe :
Les presbytes étaient les aînés, presbyteros les plus anciens, C’était une sorte de conseil, dans une démarche collégiale, et non des petites monarchies. On ne peut pas être pasteur tout seul et c’est une grosse difficulté aujourd’hui. Hieros, c’est une fonction très différente de presbyteros, et tous l’étaient par participation au ministère du Christ : car par le baptême tous et toutes deviennent prêtres et prêtresses. Ce sont les charges pastorales qui les distinguent dans la communauté et il faut que certains soient assignés à la fonction de trancher. Mais comme dans une famille, on ne décide pas dans la rupture. L’obéissance n’est jamais en sens unique, les pasteurs eux aussi obéissent…

Question : Les femmes ? Il y a du chemin à faire

Saint Jean Chrysostome s’adresse à ses amies diaconesses. Au Vatican il y a blocage autour du diaconat pour les femmes. Or, nous savons qu’aux premiers siècles les diaconesses avaient une place de choix lors de la Divine liturgie, à côté de l’évêque. Où en est-on ?

Monique :
Ce n’est pas prévu dans le synode. Il faudrait mettre les choses à plat et réinventer les ministères autant pour les hommes que pour les femmes, et ce doit être à redéfinir avec les hommes et les femmes. Mais il se pose un problème pour les prêtres, car ce serait faire rentrer les femmes dans un système fait pour les hommes, et ce n’est pas bon. Il vaut mieux changer le système.

Christophe :
Dans l’orthodoxie il y a une discussion sur le diaconat féminin. Il y a eu un accord en 1988 pour le réactiver (un accord global très rare !), mais la mise en œuvre est extrêmement timide. Or c’est une question urgente, mais à penser selon la place des femmes dans les sociétés… Il faudrait qu’il y ait davantage d’hommes féministes.

Arnaud :
Un débat aussi dans bien des églises. La question du ministère n’est pas sans rapport avec la question des femmes. Nous sommes encore dans un schéma classique de ministères qui n’ont pas bougé depuis des décennies. Comment réinventer des ministères dans un monde où les gens n’ont plus de culture chrétienne ? Et c’est désormais au cœur de nos discussions synodales, prenons rendez-vous dans trois ans !

Recension par Anne René-Bazin

CategoriesSynode

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.