H

Heureuse surprise du synode français

Les évêques de France, après quelques péripéties, ont donc finalement publié un compte-rendu synthétique des débats synodaux menés dans toute la France, qui fait honneur au travail de réflexion, d’expression et de prospective effectué par leurs quelque cent cinquante mille participants. Pas de langue de buis dans cette synthèse de douze pages ci-jointe, les catholiques de France (parmi lesquels peu de jeunes et de clercs ont choisi de participer) n’ont pas mâché leurs mots : regrets face à la position gestionnaire et surplombante des clercs, dont on réclame plus d’accompagnement spirituel et d’esprit de fraternité ; revendication générale pour l’urgente reconnaissance de l’égale dignité des femmes à participer à la vie de l’Église autrement que comme exécutantes – avec mention spéciale de l’exaspération face à la problématique des « servantes d’assemblée » ; demande de développer des temps de partage de la Parole ouverts à tous, en-dehors des liturgies eucharistiques, et de sortir d’un langage d’Église abscons ; incompréhension devant le contre-témoignage que représente l’exclusion des personnes homosexuelles ou divorcées remariées ; recommandation aux institutions ecclésiales d’arrêter de se poser en donneuses de leçons, et d’apprendre l’humilité.

Deux constats s’imposent : d’une part, il apparait que même dans les paroisses les plus classiques, une relative unanimité a émergé de façon suffisamment claire et massive pour qu’il ne soit plus possible de marginaliser ces prises de position si proches de ce que la communauté de Saint-Merry défend depuis quarante-cinq ans, ce dont on ne peut que se réjouir ; et d’autre part on constate, dans le Document d’accompagnement rédigé par les évêques de France (également ci-joint), le relatif décalage de nos prélats, qui de leur côté s’étonnent que « soient dévalorisés […] l’eucharistie en tant que sacrifice de Jésus, les sacrements, la vie consacrée, le célibat des prêtres, le diaconat ». Il va donc falloir assez vite établir une vraie communication entre le peuple de Dieu et ses responsables, car le gouffre est patent entre les préoccupations des uns et celles des autres.

Blandine Ayoub

Document d’accompagnement des évêques de France : cliquer ICI

Synthèse des débats menés dans toute la France : cliquer ICI

CategoriesNon classé
blandine.ayoub
Blandine Ayoub

Née au moment du Concile Vatican II, elle est impliquée depuis près de 40 ans dans la communauté de Saint-Merry, tout en cultivant un tropisme bénédictin, grâce à son père moine de la Pierre-Qui-Vire. Par son mariage avec un Alepin, elle a également adopté la Syrie comme deuxième patrie. Elle est responsable d’un centre de ressources documentaires dans un centre de formation professionnelle de la filière éducative et sociale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.