La fidélité à l’Évangile passe par les marges. Saint-Merry Hors-les-Murs n’abandonne pas l’esprit de ces quarante-cinq ans de vie.

Par un regard rétrospectif sur la vie du Centre Pastoral Halles-Beaubourg, (nom transformé en Centre Pastoral Saint-Merry, selon la volonté de quelques membres de la communauté), il saute aux yeux que notre centre a toujours placé au cœur de sa pastorale les marges précisément, si l’on désigne par là le réseau chrétien immigrés, le groupe solidarité chômage, le groupe solidarité logement, l’accueil café du lundi, l’accueil des homosexuels avec David et Jonathan, l’accueil au baptême de leurs enfants, l’accueil des divorcés remariés, l’ouverture aux foules lors des nuits blanches, des nuits sacrées, et en premier l’accueil d’artistes contemporains, demandé par Monseigneur Marty en lien avec l’ouverture du Centre Pompidou… Je viens de retrouver un flyer annonçant la projection d’un film documentaire, Foroba, suivi d’un débat sur le thème de l’immigration et développement organisés par la commission partage du CPHB Saint-Merry et le réseau Chrétien-Immigrés, débat au Centre Pompidou. Je me souviens aussi de la manifestation d’un  groupe du Centre pastoral « L’Homme Debout » se tenant en partie au Centre Pompidou.
C’est en partie pour cela que j’ai voulu rejoindre le Centre Pastoral.

Par rapport à l’institution Église qui trop souvent se pense au centre d’où tout provient, la foi vivante des membres du CPHB, grâce à leur ouverture au monde présent et qui vient, l’accueil des passants quels qu’ils soient, des étrangers de toute condition et conviction (les marges ? ), ont constitué le rayonnement du Centre pastoral au-delà de ses frontières dont nous avons eu le témoignage lors de la fermeture brutale par l’évêque.

Ce dernier a frappé le cœur du Centre en interdisant la célébration eucharistique,
notre source de vie capable de s’exposer aux vents parfois contraires du monde et d’accueillir.
Serait-ce cela l’Église du Christ ?

Saint-Merry Hors-les-Murs n’abandonne pas l’esprit
des quarante-cinq ans de vie du Centre pastoral.
L’esprit de Pentecôte est là.

Marie-Thérèse Joudiou

  1. Marguerite
    Marguerite says:

    Je n’ai pas connu cette période, Marie-Thérèse, mais combien je souhaite pouvoir continuer à vivre dans cet esprit … Merci pour cette piqûre de rappel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.