L

L’atelier familles, porteur d’espérance en Christ pour nos contemporains

Pourquoi familles avec un s : notre raison d’être. Créé à l’occasion du synode sur la famille en 2014, l’atelier avait produit une charte où nous avions affirmé, après enquête auprès de différents profils familiaux et travail sur les textes du synode, que nous étions ouverts à tout type de familles (divorcé, homosexuel, famille monoparentale, célibataire…), d’ailleurs nous-mêmes concernés par la diversité des familles.

 L’atelier au fil du temps s’est attaché à l’actualité concernant les familles au sens large, notamment les questions de la bioéthique (l’euthanasie, la mort et la résurrection, les directives anticipées, l’IVG, la PMA…), la question du genre, sans oublier ce qui interroge notre Église (synode) et notre communauté (préparation de l’AG). Le noyau dur est l’écoute de nos contemporains, une écoute a priori bienveillante qui interroge notre foi de croyants et la difficulté de transmettre ce à quoi nous croyons.

Notre approche n’est pas binaire mais ouverte pour entendre les différents points de vue et les valoriser, tant auprès de notre communauté, auprès de croyants (soirées échanges mises à mal par la Covid), que de nos entourages. En ce sens, notre message est porteur d’espérance, ce qui nous semble une attitude induite par la fréquentation des Évangiles.

Au fil du temps, nous avons invité Agnès Charlemagne, Monique Baujeard, l’association Reliance, Ignace Berten, les responsables de sacrements au sein de notre communauté (Isabelle sur le baptême, Vincent sur la préparation au mariage), et nos prêtres Dominique et James.

Quels projets ? Plusieurs pistes sont actuellement proposées, à nous d’établir des priorités :
– Suite à l’AG, les pistes d’espérance à privilégier, et comment les mettre en œuvre ;
– Les questions liées à l’actualité, notamment la fin de vie ;
– La poursuite sur la synodalité ;
– Notre situation de nomadisme ;
– Nos engagements et implications extérieurs à notre communauté.

Nous sommes quinze personnes dont neuf femmes et six hommes ; deux personnes sont extérieures à Saint-Merry. La plupart sont fidèles au groupe depuis de longues années (nécessaires pour une réflexion qui s’enracine dans la durée), mais un renouvellement se fait de temps à autre. Faute de salle, nous nous réunissons chez l’un ou l’autre. Nous sommes demandeurs que d’autres personnes, membres de notre communauté ou extérieures proposées par les unes et les autres, partageant nos préoccupations de dialogue, nous rejoignent.

Qu’avons-nous appris ? Avant tout à nous écouter dans nos diversités, à vivre le bonheur de l’échange et à élargir nos horizons. Pour qu’il y ait au fil du temps cette réalité du partage et une continuité dans notre cheminement, une équipe de co-animation de quatre personnes est en place.

André Letowski

Contacts :
Anne René Bazin :  anne.renebazin @ wanadoo.fr
Marguerite Rousselot : mi.rousselot @ gmail.com
Marie-Jo Ledru : mariejo.ledru21 @ gmail.com
André Letowski : andre.letowski @ free.fr

CategoriesSociété
André Letowski

Expert en entrepreneuriat, en tant qu’analyste et intervenant conseil, notamment auprès de petites entreprises, l’auteur s’est aussi investi dans le champ culturel (voyages, théâtre…), dans des associations à caractère religieux, s’interrogeant sur la façon concrète de vivre du Christ au sein de notre monde contemporain. Le recul apporté par la sociologie des organisations lui est précieuse pour aborder la question de la gouvernance et des pouvoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.