D

Dimanche 7 janvier 2024. « Toutes les nations sont associées au partage de la même promesse »

Des mages venus d’ailleurs, des étrangers, sont porteurs de la bonne nouvelle : l’étoile s’est arrêtée, impuissante à montrer la suite de l’itinéraire et il a fallu faire appel aux Écritures, pour connaître la suite…. La Parole nous dit que notre destin ne dépend plus d’une mécanique céleste qui s’imposerait à nous ; C’est désormais l’enfant, le Christ, Lumière des nations, qui s’offre de nous guider, en nous laissant libres de le suivre ou non. Et ce message s’adresse à toutes les nations, associées au même héritage, au partage de la même promesse.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Photo-Milo-Weiler-sur-Unsplash-200x300.jpg.

Texte et musique : JM Morin

Debout, resplendis, car voici ta lumière, et sur toi la gloire du Seigneur.
Lève les yeux et regarde au loin, que ton cœur tressaille d’allégresse. 
Voici tes fils qui reviennent vers toi, et tes filles portées sur la hanche.

Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe de tristesse.
Jérusalem, Jérusalem, chante et danse pour ton Dieu !

Toutes les nations marcheront vers ta lumière,
et les rois à ta clarté naissante.
De nombreux troupeaux de chameaux te couvriront,
les trésors des mers afflueront vers toi.
Ils viendront d’Epha, de Saba, de Qédar,
faisant monter vers Dieu la louange.

Photo David Hofmann Unsplash



Jérusalem, Jérusalem, quitte ta robe de tristesse.
Jérusalem, Jérusalem, chante et danse pour ton Dieu !

Les fils d’étrangers rebâtiront tes remparts
et leurs rois passeront par tes portes.
Je ferai de toi un sujet de joie,
on t’appellera ”Ville du Seigneur”.
Les jours de ton deuil seront tous accomplis,
parmi les nations tu me glorifieras.

C’est avec grand joie que nous nous sommes retrouvés mardi à l’entame de cette nouvelle année pour préparer notre célébration. Et je vous souhaite, au nom de l’Équipe Pastorale, à chacune et à chacun une belle et heureuse année tout en me désolant déjà des mauvaises nouvelles qui tombent chaque jour. Je pense aux familles endeuillées aux lendemains des fêtes, aux personnes sinistrées dans les inondations ou au Japon, aux victimes d’Ukraine, aux centaines de chrétiens du Nigeria massacrés pendant les fêtes de Noël dans l’indifférence générale, en particulier la nôtre…
Et pourtant. Depuis deux mille ans, grâce à quelques dizaines de femmes et d’hommes de Palestine qui ont porté à notre connaissance le message, nous sommes désormais plus de deux milliards aujourd’hui, de par le monde, sur tous les continents, riches du « partage de  la même promesse, dans le Christ, par l’annonce de l’Évangile »… et je l’espère heureux.
Ensemble ce matin, est-il nécessaire de nous poser la question comme les mages  venus de l’ Orient « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? » puisque lorsque deux ou trois sont réunis en son nom, il est au milieu de nous ? 
Mais, puisque ces premiers jours de l’année sont souvent ceux des nouveaux projets, laissons la curiosité de s’approcher plus près de Jésus s’emparer de nous, l’émerveillement nous gagner, au risque d’être renouvelés, voire déroutés au nom du Père,  du Fils et de l’Esprit…

Bénédicte I.-R.

Frères, vous avez appris, je pense, en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous : par révélation, il m’a fait connaître le mystère. Ce mystère n’avait pas été porté à la connaissance des hommes des générations passées, comme il a été révélé maintenant à ses saints Apôtres et aux prophètes, dans l’Esprit. Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile.

« Ce mystère n’avait pas été porté à la connaissance des hommes des générations passées comme il a été révélé maintenant dans l’Esprit. Ce mystère c’est que toutes les nations sont associées au même héritage ».

Qu’est-ce qui m’est révélé et qui n’était pas compris auparavant ? Aujourd’hui, j’entends, moi, Marie-José, que le message de Jésus, très fortement enraciné dans la Bible, fait exploser toutes les barrières protectrices, et c’est inconfortable.

À l’époque de Jésus, pour faire vite, les croyances étaient propres à chaque peuple, chacun avait ses dieux, ses usages, on restait entre soi. Cette attitude perdure dans bien des endroits, notamment dans les pays ayant une religion d’état qui fait partie de leur identité : les usages religieux imbibent la société qui vit au rythme des fêtes ou des temps forts, c’est un confort rassurant.
Et nous, ne sommes-nous pas là, ensemble, protégés par des lois et des habitudes, véritables murs nous préservant de l’étranger, du différent ?

Notre univers, abrité par le périphérique, m’apparaît calfeutré derrière des sas codés, méfiant des usages venus d’ailleurs et même parfois méprisant inconsciemment vis à vis des quartiers ou des territoires.

Cette affirmation de Paul me dit ce matin que, dans le monde entier, chacun est appelé au même respect, au même épanouissement, alors que souvent nous pensons être les meilleurs. Nous voudrions tellement faire du bien aux autres, leur donner des conseils, être un exemple, leur dire le bien et le mal, parce que nous sommes persuadés que nous avons raison…

Jésus, lui, dans ses paraboles ou ses rencontres, ne cesse de mettre en avant des pauvres, des malades, des étrangers, des femmes, tous ceux qui avaient une place inférieure dans la société. Qu’en est-il aujourd’hui ?

En ce début d’année, je nous souhaite, à vous les amis et à moi, une lecture d’évangile moins policée, moins convenue, où les différents, les marginaux, les autres, ne soient pas seulement écoutés, mais entendus, au même titre que les gens cultivés et respectables….

« Tous appelés à la même promesse »

Marie-José D.

Rois Mages
Adoration des Mages – tapisserie

Halleluja

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand.
Or, voici que des mages, venus d’Orient, arrivèrent à Jérusalem et demandèrent :
« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’Orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui.
Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ.
Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. »
Alors Hérode convoqua les mages en secret, pour leur faire préciser
à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui ». Après avoir entendu le roi, ils partirent.
Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.
Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Photo Mike Kilcoyne Sur Unsplash

Au delà de l’enchantement, d’une iconographie millénaire, il s’agit bien d’une rencontre, précédée d’une quête.

Voici des étrangers que l’on représente de nations différentes, « associées au même héritage », venus d’un Orient vaste et inconnu qui suivent une étoile pour le moins capricieuse car si elle leur indique une date, elle reste mystérieuse  sur le lieu.


Voici des hommes curieux, venus d’ailleurs, chercheurs de sens, prêts à braver le pouvoir, remplis de joie, humbles devant Jésus malgré tout leur savoir, riches mais prêts à offrir en abondance et à qui se manifeste la Bonne nouvelle qui va donner une nouvelle direction à leur vie.

Ce qui est sûr c’est que la rencontre qu’ils ont faite les a bouleversés. Ils se sont remis en chemin, mais d’une autre manière, transformés par cette proximité avec Dieu, incarné.

Certes, nous ne sommes pas les mages mais l’expérience de la rencontre se décline de mille manières dans nos vies. Sachons l’accueillir et nous laisser à notre tour dérouter.

Jean-Marie R.

« Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie »
L’étoile, qui scintillait, leur montrait le chemin où Dieu les attendait pour changer leur destin. Mais elle s’arrête à Jérusalem comme impuissante à donner la suite de l’itinéraire. Et l’on consulte alors les Écritures, la parole de Dieu.
Hérode, lui, se servira de cette parole pour tenter de contrer le plan de Dieu.
L’histoire des mages nous révèle que notre vie n’est plus gouvernée par un destin, définie par une mécanique céleste qui s’imposerait à nous. C’est désormais l’enfant, le Christ, Lumière des nations, qui s’offre de nous guider, en nous laissant libres de le suivre ou non.
Cette étoile où est-elle ? Elle nous montre un chemin de vie vers l’avenir ? Elle est en nous en se frayant un chemin en nos cœurs ? En l’autre que je croise ou que je rencontre et qui me révèle aussi le Christ ?

Oui, Quelle est notre étoile aujourd’hui ? Où nous conduit-elle ?

Bernadette C.

Quelle est notre étoile aujourd’hui ? Où nous conduit-elle ?

1400 Tissu Allumé Img 9343
Clara Daguin, Astre, Saint-Eustache, 2023, détail, l’étoile du Berger

BIZET- L’Arlésienne

  • Mon étoile en ce moment, c’est Ziad en photo au milieu de ses décombres, les joues creusées par la faim et qui a le courage de nous souhaiter une bonne année !
  • Mon étoile, ce sont ces jeunes musulmanes que j’accompagne; elles m’inspirent pour continuer le combat tous les jours
  • Mes étoiles, ce sont ces personnes qui ont le courage d’affronter leur difficultés et la mort de leur proches et qui trouvent la ressource d’avancer sans faire porter leur souffrance aux autres
  • Deux étoiles : celle de Dante qui contemple avec Virgile, après avoir péniblement traversé l’Enfer, le ciel étoilé comme un présage du nouveau chemin de lumière et d’espoir après les ténèbres précédentes. La seconde, c’est une chanson de Brel que j’aime écouter pour me rappeler que l’étoile est inaccessible et qu’on ne peut mettre la main dessus, comme je suis souvent tentée de la faire.
  • Plutôt pour moi une nébuleuse qui me traverse, la famille avec toute sa richesse de culture et de diversité et les collègues qui vivent parfois des choses difficiles mais toujours habitées par l’amour de Jésus.
  • voir aussi l’envoi

Paroles : C. Bernard – Musique : M. Wackenheim

Sur le chemin de ton étoile
Nous avançons vers toi, Seigneur.
Guide nos pas de voyageurs
Jusqu’au plein jour qui te dévoile.

1- Où donc est-il ce fils de roi,
L’enfant promis qui vient de naître ?
Nous n’avons pas trouvé son toit
Chez les puissants et les grands prêtres.
Dis-nous, Seigneur, où notre foi
Découvrira la vraie lumière.

2- Clarté de Dieu dans notre nuit,
Tu es le feu qui nous éclaire.
Les Bethléem où tu revis
Sont les demeures de nos frères ;
Sous leur fragile épiphanie
Ton grand amour se manifeste.

3- Nous arrivons pour t’adorer
Avec la joie des mains ouvertes,
Mais quel trésor un nouveau-né
Recevra-t-il de nos sagesses ?
L’or et l’encens te sont donnés
Par les cœurs libres qui te servent.

Pierre Paul Rubens Adoration Des Mages
Pierre Paul Rubens, Adoration des Mages, ~1626-1629, Musée du Louvre, Paris

Photo Mike Kilcoyne Sur Unsplash

« Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir. » Christian Bobin

lumiere-3

Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il  n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel. Dalaï Lama

Quelles intentions souhaitez-vous que la communauté porte ?
Voici le temps de ta promesse,
Nos yeux regardent vers ton jour,
Visite-nous par ta tendresse.

La communauté a porté dans sa prière :

  • toutes les étoiles évoquées
  • François notre pape, dont l’anniversaire est le 17 décembre et qui a bien besoin de nos prières, entre espoirs et déceptions, pour le soutenir dans la réforme de notre Église
  • toutes les personnes à qui nous adressons nos vœux, pour qu’elle soient sensibles au Souffle de l’Esprit
  • tous les découragements que nous pouvons éprouver…. et même si nous ne remettons qu’une étoile de mer à l’eau, pour elle cela change tout !
  • L’Église catholique afin qu’elle ait enfin une parole claire sur les couples homosexuels… non pas bénédiction des personnes séparément mais du couple. Que son “oui” soit OUI et que son “non” soit NON.
  • Nous tous, afin que la Loi Immigration soit vraiment l’occasion de manifester notre totale désapprobation.
  • Thierry, en recherche de logement et qui a mal commencé l’année avec de nouvelles difficultés.
  • Tous ces petits qui arrivent sur terre; qu’ils puissent y trouver émerveillement devant la beauté de notre terre mais aussi courage pour lutter pour sa préservation.
  • Trois femmes ukrainiennes…. pour elles, la guerre continue et n’a pas de fin.

Photo Casey Horner Unsplash B

« Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d’une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu’à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D’atteindre l’inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l’étoile
Peu m’importent mes chances
Peu m’importe le temps
Ou ma désespérance

Et puis, lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l’or d’un mot d’amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s’éclabousseraient de bleu
Parce qu’un malheureux
Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s’en écarteler

Pour atteindre l’inaccessible étoile. »

Notre rencontre se termine, portée par quelques-unes de nos étoiles :

  • une étoile, quelque part dans l’univers dont un fragment habite le coeur de chaque femme et de chaque homme, signe d’une véritable fraternité universelle,
  • une étoile qui guide, si on sait se laisser déstabiliser par des personnes vulnérables qu’on essaie d’écouter,
  • une étoile qui est la personne de Jésus à travers les Évangiles, dépoussiéré de toute la lourdeur qu’y a mis l’Église, homme de simplicité et de provocation, qui m’invite à écouter ce qu’il appelle à vivre,
  • une étoile, présente dans la société, chez tous les chercheurs de sens,
  • une étoile faite de toutes ces petites fenêtres de nos visages, communauté de Saint-Merry Hors-les-Murs, qui apportent lumière à nos semaines passées et à venir,
  • une étoile qui est aussi la voix de ce jeune non croyant qui regarde Jésus comme un révolutionnaire qu’il a envie de suivre.

Que ces étoiles nous habitent toute cette semaine et appellent sur nous la bénédiction de Dieu, Lui qui est Père, Fils et Esprit-Saint.

N’oubliez pas la préparation, lundi 8 janvier à 19h par Zoom, de la célébration en présentiel à Notre-Dame d’Espérance dimanche 14 janvier à 18h, précédée d’une Voix au Chapitre à 17h.

Matthias Stom Stomer Adoration Des Mages 1600
Matthias Stom, Adoration des mages, 17è s., Musée des Augustins, Toulouse



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.