D

Dans ou hors les murs, la vie des groupes continue

Les différents pôles de la vie de Saint-Merry, Sacrements-Formation, Arts, Solidarités-Fraternités et Accueil, poursuivent leur chemin et s’attachent à explorer l’avenir.

Pôle Sacrements – Formations

Dans le pôle Sacrements et formation, tous les accompagnements commencés au sein du Centre pastoral Saint-Merry et actuellement en cours se poursuivent, par respect de l’engagement pris à l’égard de personnes bien concrètes, sur Zoom ou même en présentiel lorsque cela est possible.
Oui, les enfants du groupe 7–11 ans feront leur première communion à Saint-Merry le 13 juin, avec les parents et Jesùs, le prêtre qui les a accompagnés. La retraite prévue est suspendue aux décisions sur le confinement.
Oui, les baptêmes des petits enfants accompagnés par Lucie, Jean-Baptiste et Sandra seront célébrés par Claude Asty le 27 juin, en espérant qu’ils seront chaleureusement entourés comme chaque année.
Le catéchuménat se poursuit avec les deux catéchumènes, dont l’une devrait être présentée à la communauté à la Pentecôte.
Mais l’avenir est incertain et chacun des groupes se pose la question : comment pourra se traduire l’accueil de la communauté, qui a toujours été un élément déterminant ?  Question posée fortement pour l’éveil à la fois des 3/6 ans et 7/11 ans. Quelle prêtre se portera garant des parcours des catéchumènes pour l’appel décisif au baptême ? Jean-François, prêtre, et Jacques, diacre, participent à cette réflexion.
Le sacrement de la sérénité lui aussi est en stand-by.
Quant aux activités de formation – Atelier familles, Groupe « Vivre des Evangiles », Lecture des Psaumes, Atelier de la Verrerie avec René Girard – ils se poursuivent sur Zoom au gré des initiatives lancées.

Marianne G. et Bernadette C.

Pôle Arts

Le pôle Art et avenir s’est réuni pour une première réunion de consultation et de partage d’idées le 15 avril dernier. Ce fut l’occasion pour les participants de s’exprimer chacun à tour de rôle sur deux questions : une pastorale des arts visuels et de la musique, pour qui ?  et pour faire quoi ? Ensuite, chacun a pu partager les pistes d’avenir qu’il imagine.
La difficulté liée à la perte du lieu “Saint-Merry”, lieu central dans Paris, ancré dans un territoire culturel, a été soulignée. Les participants ont insisté sur l’accueil, la rencontre que suscitent les arts visuels ou la musique. Rencontre avec d’autres publics, des inconnus, des passants, mais aussi rencontre avec les artistes. Comment poursuivre : à travers un réseau d’églises amies ? Faut-il chercher d’autres lieux que les églises ? Comment permettre la rencontre, l’accueil ? Ce sont des premières pistes, à partager avec les groupes Avenir et partenariat, le groupe Nomadisme. Tout est à inventer, à essayer.

Nathalie T. et PIerre S.

Pôle Solidarités-Fraternités

Au Pôle Solidarités, réuni virtuellement le 15 avril, nous avons scruté comment les groupes continuent. Pour le groupe Solidarités Nouvelles face au Chômage, aucun problème pour les dix-sept personnes qui accompagnent les chômeurs, la communauté est « un supplément d’âme ».
Pour les réunions mensuelles sur Zoom avec les étudiants de Gaza, l’idée est venue de faire connaître le lien à toute la communauté quand notre ami Ziad Medhouk, leur professeur, nous l’envoie. Celui-ci leur enseigne non seulement le français, mais aussi la non-violence.
La Commission partage est très soucieuse de continuer sa solidarité internationale avec différentes associations, notamment notre aide annuelle à la scolarisation des filles au Tchad. L’ouverture prochaine du compte bancaire de l’association Saint-Merry-hors-les-murs permettra à toute la communauté sa générosité habituelle.
Le petit déjeuner du matin marche très bien en collaboration avec la paroisse et on attend des gâteaux pour les gens à la rue.

Le Réseau Chrétien-Immigrés, né à Saint-Merry et où il a son siège, continue d’y organiser des cours de français : Céline Dumont nous en dit plus sur l’actualité du RCI.
Pour les cours de français, le RCI a ses créneaux horaires réservés dans deux salles, deux soirs par semaine, avec placard pour son matériel pédagogique, et une clé.
À la Mairie du 1er, a été installée une Halte Humanitaire gérée par l’Armée du Salut : les relations sont excellentes. Pour le moment, le couvre-feu à 19 h nous amène à ne pas utiliser les créneaux du soir, mais nous y allons le samedi après-midi, voire le dimanche après-midi, alors que nous sommes à Saint-Merry le mercredi après-midi et le samedi matin.
La permanence d’assistance administrative fonctionne à Belleville le mardi après-midi, sur RV pris au 01 42 45 65 07, le mardi de 13h à 18h30 (insister, il y a beaucoup d’appels !). MAIS les Préfectures de l’Île-de-France (91 92 93 94 95 et 75 Paris) ont toutes arrêté l’accueil des personnes physiques et exigent la prise de rendez-vous par internet pour ouvrir les portes aux personnes étrangères en quête de régularisation. Or il n’y pas presque pas de plage active pour les rendez-vous sur les sites des Préfectures. Cette impossibilité de prendre rendez-vous pour présenter son dossier est une nouvelle difficulté, en préalable à toutes les autres, inhérentes aux démarches administratives de régularisation. Elle devient le problème numéro 1.
La Cimade tente des démarches au Tribunal administratif en « Référé-mesure urgente » pour contraindre les Préfectures à donner des rendez-vous : beaucoup de travail pour peu de succès. Cela produit découragement, dissuasion et abandon. 
Voir aussi ci-l’autre article sur l’intervention du « Grand Témoin » Pascal Brice, ancien directeur de l’OFPRA.

Sylvie de B. et Danielle M.

Pôle Accueil

L’accueil est quasiment abandonné, les accueillants ne sachant plus quoi dire, compte-tenu de notre exclusion, ou ne souhaitant plus s’y engager. Par contre, l’exposition « Quentin Guichard » ayant lieu du 16 mai au 27 juin, il sera nécessaire d’afficher « présent » à l’accueil pour accompagner les artistes et tenir nos engagements jusqu’au bout. Vous pouvez vous inscrire auprès de Sylvie Faye.

  1. Bertier says:

    Il me semblait que ON CHANTE ENSEMBLE Avait sa place dans Le pôle Fraternité, probablement une autre sorte de Fraternité… depuis 4ans, nous sommes entre 12 et 25 chaque vendredi et depuis ce confinement nous chantons par groupe de 6 avec masques au square Hector Malot.

Répondre à Bertier Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.