Bref mot sur la rencontre du 16 juillet 2021 dernier sur mon engagement socio-pastoral

img1

Dès 1993 (date de mon ordination sacerdotale, au diocèse de Kisantu, en République Démocratique du Congo), j’ai été vicaire et curé de paroisse, et assumé plusieurs responsabilités : directeur d’internat, professeur de français et de religion, directeur de lycée, vice-économe général.
Pendant toutes ces années, je me suis intéressé aussi de plus près à l’accompagnement du monde paysan à travers la mise en place des OPB (Organisation Paysanne de Base).
Ces OPB sont des lieux de réflexion et d’action devant les défis et enjeux majeurs du monde rural. On s’y regroupe en ménages agricoles et/ou en collectif pour discuter des problématiques rurales, et des approches de solution locales en rapport aux savoirs locaux et à l’apport des autres. L’objectif principal des OPB est de susciter un leadership rural qui stimule la résilience face à toutes les formes de pauvreté.
Dans ce contexte, nous avons mis en place, depuis 2017, une ONGD « RÊVES DU SUD », qui continue et encadre ce travail de terrain.
“Rêves du Sud” organise son action sous 3 piliers :
– La croissance économique (lutte contre toutes les pauvretés)
– L’intégration sociale inclusive (promotion des valeurs de dignité et de liberté)
– La durabilité de l’environnement et de la biodiversité.

img2

Pour réaliser ces objectifs, « Rêves du Sud » met en place des stratégies et activités qui :
– promeuvent la croissance économique, forment à la vie et au bien-être et réduisent les inégalités
– forment à la nécessité d’allier croissance et préservation de l’environnement et de la biodiversité
– forment à l’appropriation, à la construction et à l’entretien des infrastructures de base (routes, écoles, dispensaires,…)
– encouragent l’innovation, la culture de l’épargne et l’accès aux services financiers
– promeuvent les valeurs de liberté et de dignité.

« Rêves du Sud » appuie aussi des structures qui travaillent à la base, sans moyens. Elle mène une plaidoirie en leur faveur afin de mettre en synergie les compétences et savoirs locaux. Nous leur apportons également une expertise et un soutien accru (financier, matériel et autres) qui appuient leurs plans d’action dans la réalisation des objectifs de développement durable.
Nous soulignons ici le moyen de formation accordé par l’Église à travers les agronomes placés dans les paroisses. Nous recourons à eux pour renforcer à coûts réduits les capacités des ménages agricoles et des organisations en terme de formations diverses.
Nos efforts actuels se focalisent sur le renforcement des capacités sur les techniques et spéculations agricoles plus rentables et protectrices de l’environnement, sur la multiplication des boutures de manioc, la culture de la pomme de terre, de la tomate, l’élevage des abeilles et le lancement de la culture de riz de montagne.

img3

Nous voulons réhabiliter l’école primaire de Kingundu (pour la petite histoire : cette école est le fruit de la volonté des villages environnants d’avoir une école de proximité et lutter contre le taux élevé d’analphabètes. L’école de la mission est à plus 16 km du lieu et peu de parents ne peuvent y envoyer leurs enfants avant 11 ans. L’école est le cadre privilégié pour donner aux enfants la chance d’évoluer et de se construire un avenir. Plus de 268 enfants de 6 à 13 ans étudient à l’école de Kingundu dans des infrastructures déplorables. Nous entendons réhabiliter l’école et leur apporter divers moyens de fonctionnement.

img4

Nous assurons également des formations en faveur des femmes, face au poids écrasant des traditions, pour améliorer leurs droits et ceux des orphelins.

img5

Ce travail, nous le faisons avec nos maigres moyens.
Pour soutenir notre action, écrire à contact@saintmerry-hors-les-murs.com

José MANDIANGU

img6
img7
img8
CategoriesNon classé
  1. aurenche guy says:

    Fraternel merci cher Jose pour ce partage d’espérance en action. Je crois que cela se nomme l’Incarnation de la Bonne nouvelle;
    Oui c’est avec les populations que se trouvent les chemins du vrai développement, souhaité et porté par elles et non inventé dans nos bureaux.
    Avec tout mon soutien.
    Guy Aurenche
    ancien près. du CCFD-Terre solidaire

Répondre à aurenche guy Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.