Déplaisant. Atroce. Insoutenable. Un coup bas, au moment de Noël et de la trêve des confiseurs. Comme si nous n’avions pas d’autres chats et des virus à fouetter. Quelle mauvaise éducation, quel défaut de bienséance de la part d’un journaliste chevronné ! Ancien directeur du Monde, voyez-vous. C’est du Zola emballé dans du papier de poissonnier. Cela sent, cela pue…

Le 1 hebdo


Disons-le tout net : le dialogue d’Éric Fottorino sur la pêche aux migrants donne le vertige et la nausée1 Éric Fottorino, « La pêche du jour », Le 1 hebdo, n° 377, 15 décembre 2021.
À lire ici : https://le1hebdo.fr/journal/migrants-sommes-nous-encore-humains/377/article/la-pche-du-jour-5044.html 
. Oui, c’est un coup aux tripes. Mais il est à la mesure de notre insensibilité, un conte qui montre ce que nous sommes devenus : complices d’un génocide, bourreaux sourds et aveugles de nos compagnons d’humanité. « Trop simple… simpliste », dites-vous ? « Ce n’est pas de la littérature ». Alors, Swift et Rabelais ? Toujours politiquement corrects ?
« C’est macabre et morbide ». Soit. Mais quel beau cadeau pour nos gouvernants ! Quel plaisir à leur gâcher la fête, vu que le Covid n’y suffit pas !


Quelle occasion pour nous tous de faire cesser hypocrisie et faux-semblants et d’accepter enfin de voir ! Voir le « naufrage de civilisation », dénoncé par le pape François. La Méditerranée devenue un immense cimetière. Et l’Europe une étrange forteresse protégée par les barbelés à ses frontières.
C’est désormais une vieille histoire. Accueil et hospitalité ? Des gros mots. À bannir, au nom de notre identité, de nos « valeurs », de nos conditions de vie. La solidarité ? Un délit. Nous ne pouvons pas faire différemment : c’est la politique. Le peuple, que par ailleurs l’on matraque et l’on éborgne, ne comprendrait pas : « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». « Arrêtons le grand remplacement. C’est le temps de la reconquête ». Puis un conte, urticant comme les méduses de nos mers, nous montre notre nouveau visage. Et ce n’est pas beau à voir. Déplaisant. Atroce. Insoutenable.

Notes

CategoriesNon classé
Pietro Pisarra

Journaliste et sociologue, il a été correspondant de la télévision italienne à Paris et enseigné pendant presque vingt ans à l’Institut Catholique.
En français, il a publié « L’évangile et le web. Quel discours chrétien dans les médias », éditions de l’Atelier, 2000. En italien, il vient de publier « La mosca nel quadro. L’arte svelata », Ave, Roma, 2021.

  1. Jean Verrier says:

    Voir aussi “Bienvenue! 34 auteurs pour les réfugiés” aux édition Points, pour le HNHCR, 2015, 192 pages, 5 euros. Et en particulier la nouvelle de Philippe Claudel: “Baignade interdite”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.