De la Grande Boucle édition 2023 à un autre Tour de France, celui de deux enfants, livre au titre presque éponyme, écrit puis publié en 1877 par Augustine Fouillée-Tuillerie, alias G. Bruno, et destiné aux élèves de cours élémentaire.
La chronique d’Alain Cabantous

Était-il besoin de puiser dans la lourde et violente actualité de ces dernières semaines, aux réminiscences historiques certaines, pour écrire un billet ? Inutile d’en rajouter. C’est plutôt le Tour de France qui a inspiré ce texte tourné vers la période estivale.

Épreuve sportive populaire en dépit des scandales à répétition, la Grande Boucle s’est élancée cette année de Bilbao avant de sillonner la France selon un tracé dépendant à la fois des exigences financières imposées aux villes-étapes et d’une topographie surtout montagneuse. Lors de chaque édition, elle privilégie les Pyrénées et les Alpes tandis que le Jura ou le Massif Central connaissent des fréquentations intermittentes. Ainsi le 9 juillet dernier, les coureurs sont arrivés au sommet du Puy de Dôme qui n’avait connu pareille fête depuis trente-cinq ans ! Mais lors des retransmissions télévisuelles, les images offrent aussi bien un gros plan sur les mollets du maillot jaune que de larges et splendides vues aériennes de sites naturels, de châteaux, d’églises. Une autre manière de découvrir la France.

G. Bruno Le Tour De La France Par Deux Enfants P308
G. Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, p. 308

Inévitablement, ces paysages m’ont renvoyé à un autre Tour de France, celui de deux enfants, livre au titre presque éponyme. Écrit puis publié en 1877 par Augustine Fouillée-Tuillerie, alias G. Bruno (allusion probable à Giordano Bruno, dominicain du XVIe siècle condamné à être brûlé vif par l’Inquisition romaine), l’ouvrage était destiné aux élèves de cours élémentaire. Le prétexte étant le voyage à travers le pays de deux jeunes Lorrains, frères et orphelins, contraints de quitter Phalsbourg occupée par les Prussiens, afin de rejoindre leur oncle à Marseille. Le succès fut foudroyant puisque l’on vendit 7, 4 millions d’exemplaires jusqu’en 1914 et que l’on utilisa le Tour de France dans les écoles de la République jusqu’en 1950.

Tour De La France Par Deux Enfants

Livre de lecture autour d’un itinéraire aux apprentissages tumultueux, il est aussi une sorte de petite encyclopédie grâce à laquelle « les écoliers seront initiés peu à peu à la vie pratique, à la morale, à l’instruction civique, [acquérant] des notions usuelles sur l’économie industrielle et commerciale, sur l’agriculture et les sciences. Ils apprendront, à propos des diverses provinces, la vie des grands hommes » (Préface). Le contenu découpé en cent vingt-sept chapitres est très dense, à peine égaillé par deux cents gravures et une vingtaine de cartes. Rempli d’informations diverses, Le Tour de la France par deux enfants a un but précis, celui d’éduquer les jeunes à l’amour de la France après la cuisante déroute de 1870–1871 d’autant que la patrie « ne représente pour l’écolier qu’une chose abstraite à laquelle il reste étranger. Il faut lui rendre la patrie visible et vivante ».

Capture D’écran 2023 07 10 À 15.28.02
Tour de France 2023

Pour ce faire, et à côté des développements sur les richesses économiques du pays, l’autrice brosse une galerie de citoyens qui dessine les contours d’une société plutôt artisanale et rurale laborieuse, entreprenante, créative, totalement laïcisée, au moins dans les éditions postérieures à 1905,aux caractères généralement modestes, hospitaliers, accueillants, économes et honnêtes. Surtout de petites gens dont la conduite semble guidée par les aphorismes et les sentences morales qui ouvrent, en chapeau, chacun des chapitres. Du « Que le souvenir de notre pays natal, uni à celui de nos parents, soit toujours vivant » au « Soyez propres et décents, les plus pauvres peuvent l’être » en passant par « Espérer et lutter jusqu’au bout est un devoir ».

En regardant le parcours effectué par les deux jeunes Lorrains à travers la France, on est frappé par sa similitude avec le tracé du premier Tour de France de juillet 1903 avec ses six longues étapes reliant les principales villes du pays : Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes. C’est à croire que l’initiateur de l’épreuve sportive, le journaliste Georges Lefebvre, né en 1877, avait été marqué par ce livre lors de sa scolarité primaire. Et pourquoi pas ?

 

CategoriesNon classé
alain.cabantous
Alain Cabantous

Historien, spécialiste de l'histoire sociale de la culture en Europe (17e-18e s.), professeur émérite (Paris 1 - Panthéon-Sorbonne et Institut Catholique de Paris). Dernières publications : Mutins de la mer. Rébellions maritimes et portuaires en Europe occidentale aux XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, Cerf, 2022 ; Les tentations de la chair. Virginité et chasteté (16e-21e siècle), avec François Walter, Paris, Payot, 2019 ; Une histoire de la Petite Eglise en France (XIXe-XXIe siècle), Le Cerf, 2023.

  1. Jean Verrier
    Jean Verrier says:

    Le Tour de la France aurait inspiré le premier Tour de France? Et oui, pourquoi pas? L’ hypothèse est séduisante.

  2. Champeaux-Rousselot
    Champeaux-Rousselot says:

    J’ai beaucoup aimé ce livre que j’ai lu petite, sans recul mais avec passion… en faisant grâce à lui les voyages que je ne faisais pas… On m’expliquait que ces enfants n’existaient pas mais je ne croyais pas les adultes ! Et c’est une heureuse surprise de savoir que c’est une femme qui l’a écrit. J’aimerais la connaître mieux.
    Penses-tu qu’il y a un rapport entre ses intentions et les idéaux des Compagnons du Tour de France ?
    Je crois que ce livre a été actualisé ou imité… mais… je n’ai pas du tout cherché à le lire…
    Merci Alain.

    1. Alain Cabantous
      Alain Cabantous says:

      L’organisation des compagnons du Devoir , par exemple, n’avait en fait que peu à voir avec ce qui est décrit dans l’ouvrage puisqu’il s’agissait dans leur cas d’abord d’un voyage d’apprentissage professionnel et communautaire. De mémoire, il me semble que le livre n’évoque pas les compagnons. A vérifier.
      S’agissant de la biographie de l’autrice dont je m’explique toujours mal le choix du pseudonyme au vu de sa production littéraire, tu peux te référer au travail récent de:
      Michèle Dassas, Augustine Tuillerie, L’histoire extraordinaire de l’institutrice aux millions d’ėlèves, Paris, Ramsay, 2023.
      Bonnes lectures.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.