Un calendrier de Noël arlésien

La Roquette, ce vieux quartier d’Arles intra-muros, entre Le Rhône et le Boulevard Gambetta bordé de grands platanes, rue des matelots, rue des douaniers, rue du port, est peuplé de gitans sédentarisés, de maghrébins, d’anciens mariniers et pêcheurs, et plus récemment de jeunes et vieux bobos. C’est un petit village dans la ville. Presque tout le monde s’y connaît, si bien que chaque année, dès octobre, les habitants s’organisent pour préparer le calendrier de l’Avent.

Vingt-trois familles se portent volontaires pour ouvrir, chacune à tour de rôle, du dimanche 3 au 23 décembre, les volets du premier étage de leur maison. Elles y offrent un court spectacle : chants, illumination, musique, ombres chinoises, saynète… Suivis souvent d’une distribution de gâteaux, de bonbons, ou de vin chaud à la petite foule qui se presse, sous les fenêtres, avec les enfants encapuchonnés perchés sur les épaules de leurs parents.

Arles Stella Fadulto
Arles, Calendrier de l’Avent de la Roquette, Stella Fadulto.

J’ai vu ainsi des chevaux de Camargue galoper sur le grand mur qui faisait face à la maison du projectionniste amateur, j’ai entendu des chants de Noël provençaux à plusieurs voix, un petit récital de tambourins et de flûtiaux, un autre soir c’était un vrai récital de flûte traversière ou de violon. Du deuxième étage d’un vieil hôtel particulier j’ai vu descendre en rappel deux jeunes garçons avec une hotte sur leur dos puis, arrivés au sol, distribuer les friandises qu’elles contenaient. J’ai même vu un ange Bouffaréon, armé d’un petit projecteur, fouiller dans la foule pour y épingler Manon, Justin ou Mireille et révéler publiquement à leur sujet quelque secret de Polichinelle. C’est un lieu de rencontres, et de courts échanges : « Et té, tu me l’as rapporté mon parapluie ? — Et non, que je l’ai laissé sur la table de la cuisine à Trinquetaille, mais c’est où demain ?– C’est chez les Souliol. — Et bien cette fois-ci je te le rapporterai, je n’oublierai pas !

Jean V.

Merci à Stella FALDUTO qui nous a autorisés à emprunter une aquarelle à son Carnet de voyage Promenade dans Arles, 2014, page 32. <Instagram.com/stellafaldutoaquarelles/>

CategoriesNon classé
Tags

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.