La communauté de Saint-Merry répond à Mgr Aupetit
Communiqué

« Des termes qui divisent ». La communauté de Saint-Merry, désormais hors-les-murs, répond ainsi aux accusations lancées par l’archevêque de Paris lors de son entretien du 17 avril sur Radio Notre-Dame, la radio du diocèse. « On me tape dessus parce qu’à Saint-Merry se passaient des choses qui sont indignes de l’Évangile et donc on m’a traité de facho », avait dit l’archevêque.

« Quelles sont ces choses indignes de l’Évangile ? », demandent les représentants de la Communauté. Les propos de Mgr Aupetit, jugés aussi graves que flous par un grand nombre, ont surpris les membres de l’ancien Centre pastoral qui comptaient renouer le dialogue avec l’évêché. « Nous ne comprenons pas ! », écrivent-ils. « Vous nous appelez justement à refuser la division et à regarder tous dans la même direction, celle du Christ. C’est bien ce que nous souhaitons faire. Et en même temps vous utilisez à propos de Saint-Merry […] des termes qui divisent ».

Loin d’obtenir les effets escomptés, la dissolution du Centre pastoral Saint-Merry décrétée par l’archevêque a soudé ses membres et élargi le nombre de ses sympathisants bien au-delà de la région parisienne. Un nouveau site internet, www.saintmerry-hors-les-murs.com, a été créé après l’appropriation et la censure par le diocèse de nombreux articles de l’ancien. Des centaines de personnes se retrouvent chaque semaine, par visioconférence ou par d’autres moyens, lors d’un « Partage de la Parole » autour des lectures de la messe dominicale ou lors de multiples activités (étude de la Bible, catéchèse, solidarité…).

Une pétition pour le maintien du Centre pastoral Saint-Merry a obtenu en peu de temps 12 155 (douze mille cent cinquante-cinq) signatures et suscité des centaines de témoignages. Lors de la messe pour la fermeture du Centre, le 28 février 2021, tous les prêtres ayant exercé leur ministère à Saint-Merry étaient présents – à quelques exceptions près – montrant ainsi leur attachement à cette réalité atypique qui essayait de vivre dans l’esprit de l’ « Église en sortie » chère au pape François.

Après les dernières affirmations de l’archevêque, les responsables du Centre pastoral renouvellent leur demande de clarification et de dialogue. « Nous croyons indispensable de vous rencontrer. Des réponses à nos questions sont nécessaires », ajoutent-ils. « Au nom même de Jésus-Christ qui compte pour vous, comme pour nous ».

Paris, lundi 19 avril 2021

www.saintmerry-hors-les-murs.com
Twitter : @SaintmerryCphb
Facebook : www.facebook.com/saintmerry
Contact : contact@saintmerry-hors-les-murs.com

La lettre à l’archevêque

Paris, le 19 avril 2021

Monseigneur Michel Aupetit
Archevêque de Paris

Monseigneur,

Depuis plusieurs semaines, la communauté de Saint-Merry-Hors-les-Murs chemine dans la douleur et l’incompréhension de votre décision du 7 février, mais aussi dans la lumière de Pâques.
Nous célébrons la Parole de Dieu, nous prions, nous poursuivons nos actions d’accompagnement des plus fragiles et nos échanges fraternels dans et en dehors de la communauté, nous appuyant sur un site internet bien vivant.
Nous vous avons entendu, dans une émission de Radio Notre-Dame du 17 avril, évoquer Saint Merry : « On me tape dessus… parce qu’à Saint-Merry il se passait des choses indignes de l’Évangile ». Et vous ajoutez : « On me traite de facho », « On se divise sur des queues de cerises ».
Nous ne comprenons pas ! 
Vous nous appelez justement à refuser la division et à regarder tous dans la même direction, celle du Christ. C’est bien ce que nous souhaitons faire. Car « c’est lui, en effet, qui est notre paix » (Éphésiens 2, 14).
Et en même temps vous utilisez à propos de Saint Merry (sans doute du Centre pastoral qui y vivait depuis quarante-cinq ans et de ses membres, plus de quatre cents aujourd’hui) des termes qui divisent :
« On me tape dessus ». Qui se cache derrière le « on » ?
« Parce qu’à Saint-Merry il se passait des choses indignes de l’Évangile ». Quelles choses ?« On m’a traité de facho ». Dans quelle bouche ou dans quel écrit avez-vous relevé ces propos ?
La diversité des visages de l’Église est une réalité évangélique. Nous croyons vraiment qu’il y a plusieurs demeures dans la Maison du Père. Certes, « les différences entre les personnes et les communautés sont parfois inconfortables, mais l’Esprit Saint, qui suscite cette diversité, peut tirer de tout quelque chose de bon, et le transformer en un dynamisme évangélisateur qui agit par attraction. » (Evangelii Gaudium, §131).
Les allusions qu’évoquent vos propos imposent une clarification. 
En reprenant votre phrase « Est-ce que le Christ compte pour vous ? », nous répondons oui, plus que jamais.
Aussi dans un esprit de dialogue qui refuse la division, et dans le prolongement de votre question ci-dessus, nous croyons indispensable de vous rencontrer. Des réponses à nos questions sont nécessaires.
C’est pourquoi nous vous demandons de bien vouloir nous proposer au plus vite, une rencontre, au nom même de Jésus-Christ qui compte pour vous, comme pour nous.
Nous vous prions de croire, Monseigneur, à notre fidélité à l’Église qui est à Paris 

CategoriesCommuniqué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.